La Belgique, salut des riches

La couverture insolente de Libération ce jour de mauvaise gloire pour notre prince du luxe fait découvrir la Belgique sous un nouvel angle. Elle n’est plus ce pays  riche qui n’éteint pas la lumière sur les autoroutes, elle est le pays où « un habitant sur sept est pauvre ».  Qui n’a pas pensé que Bernard Arnault serait en quête de placements humanitaires ? Désormais que les riches Américains comme Bill Gates, patron de Microsoft, paradent en Afrique pour donner d’une main ce qu’ils ont pris de l’autre en faisant payer au prix (très) fort leurs logiciels, il serait temps que Bernard pense au salut de son âme.

Après tout, le chancelier du duc de Bourgogne, Nicolas Rolin (v 1376-1462), au service de Philippe le Bon, acheta la paix dans l’au-delà en édifiant à Beaune en 1443 de superbes hospices pour les pauvres. 570 ans après cette générosité, Rolin qui se paya le luxe d’un portrait par Jan Van Eyck visible au musée du Louvre, n’est pas oublié. Arnault a-t-il compris que sa fondation en carton-pâte en cours de construction sur des terrains arrachés au bois de Boulogne par on ne sait quelle complicité politique ne lui assurerait pas la gloire posthume  d’un richissime Rolin ?

Il est vrai qu’au XVe siècle, la Flandre était propriété de la Bourgogne et que la tentation fiscale n’existait pas. Après Liliane spoliée par ses conseillers, l’anxieux Bernard guetté par le fisc fait son chemin de croix vers la Belgique.  Merci aux Belges d’accueillir ces infortunés.
G.F.

Réponse : la plainte de B. Arnault contre le journal

1 363 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :