Une géographie criminelle acceptée ?

Florence Lamblin, maire-adjointe Europe Écologie-les Verts de Paris-13e, est acculée à la démission dans une affaire de blanchiment de fonds lié à un trafic de drogue. La plaie d’une géographie criminelle  liée à la connexion entre fraude fiscale et blanchiment. La Suisse est une grande lessiveuse du trafic de drogue, qui finance de l’immobilier. Ce vertueux pays devrait combattre la fraude fiscale comme un délit et un crime.

Est-ce parce que les services fiscaux n’ont jamais été aussi efficaces que la fraude n’a jamais été aussi importante ? Possible. Mais sans coopération judiciaire et fiscale entre les pays européens, on n’arrivera à rien. Alors qu’Obama lutte contre la fraude en imposant aux établissements financiers opérant aux États-Unis de dénoncer les comptes des Américains avec la menace de perdre leur licence aux États-Unis.

La géographie du blanchiment tient à des pays complaisants comme les paradis fiscaux, le Mexique où opérait HSBC mais aussi à des pays comme la France qui reçoit des espèces compensées en Suisse. C’est un maillon indispensable du blanchiment. Près de la moitié de l’argent du crime, l’autre moitié vient des multinationales qui ont des systèmes passant par les paradis fiscaux. Où est la volonté politique de supprimer les lessiveuses ?

 

1 409 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :