Bordeaux enivre la Chine

L’épatant Bordelais Philippe Sollers qui tweete désormais qu’il a découvert la puissance radioactive de ces 140 caractères a pris récemment des nouvelles de son ami Alain Juppé. Le maire de Bordeaux a été reçu à Hongkong  « en rock star comme représentant du vin de Bordeaux.  Bordeaux est, après Paris, la ville française la plus connue en Asie, et la Chine est devenue la plus grande consommatrice de vin au monde. Bordeaux ! Bordeaux ! De quoi désespérer Bernard Pivot, petit propriétaire d’un vin du Beaujolais qui porte son nom, un Goncourt hexagonal, comme ses confrères ».

A quelques encablures du beaujolais nouveau, cette vacherie toponymique mise à part, on voit combien le vin est l’un des meilleurs diffuseurs de géographie de notre époque. Lévi-Strauss soutenait que le meilleur moyen de prouver à quelqu’un qu’on l’aime est de le manger (et de le boire). Symboliquement s’entend.

Et en dessert, je vous donne la Corrèze gourmande façon Sollers (lepoint.fr)

Pendant ce temps-là, en Corrèze, c’est-à-dire en France (capitale Bruxelles), le « train du livre » se traîne vers la foire de Brive. Au menu du déjeuner du train : foie gras, ris de veau aux girolles, canettes et crottins, clafoutis de mirabelles, le tout noyé de bourgogne, vin de noix ou gentiane. Le jury Goncourt, à table, à Beyrouth, a eu droit, j’espère, à ce programme-choc qui fait saliver (je les vois d’ici) Louis Gallois, Montebourg et Hollande. La France corrézienne de Hollande est désormais une préfecture digne du XIXe siècle et de la Troisième République enfin retrouvée.

 

 

 

767 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :