Cet être humain, grand corps malade de quoi ?

 

 

Les maladies cardiaques et respiratoires sont des maladies non-transmissibles. Et ce sont elles qui envoient le plus rapidement les hommes dans l’au-delà. On y va souvent grevé de maladies chroniques ou dégénératives et avec des handicaps. Normal, le handicap vient avec l’âge.

On revient de loin car, dans l’histoire, c’étaient les infections qui tuaient et on mourrait surtout jeune. Maintenant, on meurt vieux et, plutôt, en mauvaise santé. Grâce à l’argent que Bill Gates nous pompe en vendant ses logiciels, sa fondation a fait publier des travaux sans surprise, contrairement à ce que pensent les Américains : ce qui tue sont les maladies dites de civilisation. Beau progrès.

Bien sûr, l’espérance de vie moyenne s’allonge. Mais d’une part si  certains vivent très vieux – merci pour la moyenne que vous faites monter mais on dit rarement dans quel état sanitaire vous atteignez votre fichu centenaire qui met en transe vos familles et vos proches -, il meurt encore beaucoup de gens « jeunes ». Et pas des tabagiques ou des alcooliques. Mais des sédentaires qui ont accumulé pas mal de graisses devant leur télévision ou en voiture, ayant surconsommé des produits gras, salés et sucrés. Des sédentaires en surpoids, diabétiques et en hypertension artérielle, la triade idéale pour le cancer et les attaques cardiovasculaires.

Certes, les enfants meurent de moins en moins : merci Bill Gates pour tout ce que vous faites pour l’Afrique où les survivants de vos programmes de santé pourront, adultes, acheter Microsoft ; merci les humanitaires qui nourrissez mieux ceux que la faim menace. Mais les adultes sont de plus en plus menacés : sida et violences corporelles sont les deux fléaux.

Bilan, si l’alimentation et le mode de vie sont responsables de tant de décès sur toutes les latitudes Afrique exceptée, il va falloir serrer d’un cran supplémentaire la ceinture de l’industrie agroalimentaire, notamment celle qui produit de la malbouffe. Les taxes sur le gras (charcuteries, etc.) et le sucre vont pleuvoir comme à Gravelotte. A l’instar de ce qui s’est passé sur le tabac qui a été criminalisé en moins de vingt ans.

Qu’on ne se méprenne pas : le vieillissement du monde va mécaniquement accroître les décès dans les années qui viennent. Et si l’industrie ne se réforme pas, l’espérance de vie moyenne baissera aussi. Joli, joli…

1 114 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :