Prisons françaises: quelle place dans la République?

L’actualité met les prisons à l’honneur. Mais qui connaît vraiment ces espaces de relégation? Ils restent comme un point aveugle dans les paysages français. On ne les voit pas, on ne veut pas les voir. On ne sait pas très bien ce qui s’y passe, et au fond on ne veut pas vraiment le savoir. Si quelqu’un tombe entre les mains de la justice, il découvre alors l’autre côté de la société française, son aspect répressif, impitoyable, surtout si vous n’avez pas les « clefs sociales » pour comprendre ce qui vous arrive, comme on le voit dans le film Délits Flagrants de Raymond Depardon.
Le gouvernement actuel tente de changer la donne, mais les difficultés sont nombreuses…
De nouvelles cartes sont apparues récemment pour visualiser cette réalité nationale un peu honteuse: car ces prisons sont vétustes, sinistres et surpeuplées. C’est ce que montre la carte ci-dessus, tirée du site owni.fr. Mais un article récent de Libération jette une lumière crue sur ce sujet.

On y découvre le problème récurrent de la population carcérale « trop abondante », des problèmes de l’exécution des peines. On voit facilement que les grandes métropoles (Lyon, Lille, Paris) correspondent à des populations carcérales importantes.

Mais ces 70 000 détenus n’apparaissent nulle part, et pour cause. Le site carcéropolis, remarquable, dresse un tableau assez effrayant du quotidien des détenus. On y découvre aussi la diversité des situations, des différentes maisons d’arrêt. Le vocabulaire change aussi bien que les réalités locales. Les prisonniers connaissent plus le non-droit que le droit. Comment ne pas tomber dans le cynisme?

Finalement, les travaux de Foucault, et plus près de nous ceux d’Olivier Milhaud ont étudié ces univers hors du monde et pourtant dans le monde. Ce que l’on comprend, c’est que par la nature même de ces lieux, la prison ne peut que punir, elle ne permet que rarement de « s’en sortir ». Tout le monde le dit, mais rien ne change vraiment.

1 850 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :