Les Français, météo-sensibles qui n’aiment pas la pluie

Sale temps pour les merles (source France Bleu)

Depuis le joli mai pluvieux de François Hollande en 2012, la météo française est devenue hollandaise. Le caractère des Français s’en ressent. Dans les kiosques, à lire les journaux, on serait à la veille de la révolution, en rappelant le printemps 1789 qui aurait détraqué la machine monarchique.

Les bistrotiers n’ont que leurs yeux pour pleurer de ne plus entendre le tiroir-caisse sonner. Les jardiniers professionnels sont déprimés de ce que leur clientèle ne plante plus rien. On nous a volé le printemps.

Les paysans qui ont oublié leurs récoltes exceptionnelles ces dernières années en sont à se plaindre des limaces qui bouffent leurs plants de tournesol : les marchands de pesticides n’attendent pas le règlement de leurs factures. « En trente cinq ans, je n’ai jamais vu ça » peste Michel Masson, céréalier dans le Gâtinais et président de la FDSEA du Loiret dans les Echos. Mais trente-cinq ans, c’est une échelle de temps raisonnable, pour un paysan, non ? Les rendements sur le blé pourraient (vous avez bien lu le conditionnel ?) baisser de 15 à 20%. Oui, mais l’an dernier, ils avaient augmenté de combien ? Oui, le colza n’est pas en bonne forme. Mais il va falloir réinventer des formes de polyculture, invention géniale de nos ancêtres, pour éviter d’être pris à la gorge au moindre écart météo.

Et l’herbe ? Jamais vu autant d’herbe. Sauf celle qu’on doit couper et qui commence à pourrir sur pied. « Résultat, nous allons avoir un foin de mauvaise qualité, sans valeur nutritive», explique Stéphane Malot, éleveur en Indre-et-Loire, cité par les Echos.

Bon, tout ça n’est pas joli. Mais dans mon verre français à moitié plein, il y a une bonne nouvelle de Chine qui reconnaît l’appellation géographique Champagne. Elle devrait protéger les producteurs français. Ce ne sont pas eux les plus à plaindre mais après tout, voici un chapitre de l’histoire alimentaire ouvert au XVIIIe siècle par les Jésuites ayant apporté des bulles à la cour de l’Empereur qui est en train de se fermer.

Ces bulles champenoises feront patienter le peuple gaulois abonné à cette météo hollandaise pour cinq ans.

 

 

783 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :