L’odyssée planétaire du climatiseur

La climatisation serait-elle en train de conquérir le monde? Le climatiseur, comme le réfrigérateur et le téléviseur, entre progressivement dans la suite des objets de notre environnement quotidien, mais en général, on ne le voit pas, si l’on en ressent les effets, parfois au risque de s’enrhumer à cause de la chute brutale de température.

Une géographie de la climatisation est à écrire, tout comme une histoire. Peut-on la voir comme un marqueur culturel, c’est-à-dire un objet qui représenterait une culture bien particulière? Effet de la mondialisation et de l’omniprésence de la technique, le climatiseur, de poche ou d’usine, de voiture ou d’ordinateur, devient indispensable semble-t-il.

Inventée aux États-Unis en 1902 par le Dr Willis H. Carrier, la climatisation moderne a peu à peu gagné du terrain jusqu’à devenir planétaire. Bien entendu, il existait d’autres systèmes de climatisation, mais c’est cette réfrigération artificielle de l’air qui est le plus développé aujourd’hui.

Cela soulève plusieurs paradoxes: en effet, la climatisation s’oppose frontalement au climat local. Cela permet de rendre supportables des environnements autrement invivables tels qu’avions, voitures, usines, hangars et autres buildings, toutes inventions récentes.

L’architecture actuelle a parfaitement intégré la climatisation au point de la rendre indispensable. Aucun architecte ne se soucie plus de réfléchir à l’adaptation du bâtiment au climat local, puisque les machines y pourvoiront! Quant aux immeubles qui ne la possédaient pas, ils se parent de bubons mécaniques qui parfois apparaissent en façade. Et cela donne l’impression que vivre sans elle est tout simplement impossible. Mais alors, comment faisaient nos ancêtres? Vivaient-ils si mal? Et en Amérique en particulier, le climat était-il si insupportable?

On aborde ici le problème de l’appréciation culturelle du climat, telle qu’étudiée notamment par Alain Corbin. La chaleur humide, peu fréquente en Europe, fait beaucoup transpirer et reste pénible pour qui n’y est pas habitué. Le fait que la climatisation ait été inventée aux États-Unis n’est pas anodin. Les populations européennes installées aux Amériques n’ont pas voulu s’adapter à leur environnement. Elles ont donc créé des environnements conformes à leurs habitudes. Changer de vêtements pour se vêtir à la mode locale était impensable même si en Afrique, le boubou et la djellaba font partie de ces vêtements amples qui favorisent la ventilation du corps. Pour porter un costume trois-pièces, mieux vaut climatiser…

Pas de fatalité donc en matière climatique: les maison coloniales, ou les constructions précolombiennes utilisaient beaucoup la terre, bien plus efficaces contre les rigueurs du climat que le béton armé. Mais notre époque, malgré les slogans écologiques, combat la Nature comme un obstacle.

Dernier détail: la température d’un bâtiment est directement liée à son standing. Plus il fait froid, plus c’est chic. Si vous tombez malade à la sortie du mal, réjouissez-vous! C’est que vous étiez dans le nec plus ultra du shopping…

Autrement dit, la clim’, ce n’est pas vraiment une invention purement technique, c’est plus un stratagème pour continuer à prétendre dominer la nature.

1 840 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :