Søren, un Danois fondu de géo qui fait son monde

Søren Poulsen, de nationalité danoise, est-il illuminé ? Visionnaire comme les Emiriens de Dubaï et leur World aquatique ?

Entre 1944 et 1969, il réalise sur les rives de Lake Klejtrup (Viborg Municipality) un planisphère d’une petite centaine de mètres de large que vous pouvez voir depuis votre fauteuil ici même. De la pierre, de l’herbe.  Le tout, respectant les distances à l’échelle…

Sa sculpture environnementale, son monde à lui, il l’a pensé en travaillant sur le drainage de ses prairies qu’on devine très humides dans ce bas-pays. L’idée lui vient lorsqu’il trouve un jour une pierre qui a la forme de la province danoise du Jutland. Puis, tout s’emballe. Comme le facteur Cheval à Hauterives qui bâtit le palais de ses rêves, Poulsen utilise les outils les plus simples qui soient, il attend l’hiver pour glisser ses pierres sur la glace et quand le printemps arrive, il les bascule après avoir fait ses calculs.

 

On aurait tort de voir un simple jeu de grand enfant qui n’a jamais mûri. C’est de l’hydraulique, de la mécanique, de la physique et aussi de la géographie. Une géo qu’on fait avec ses pieds en apprenant les contours des continents, en mesurant des distances avec des pas de touristes. Pourquoi pas, si ensuite, on essaie de savoir ce qui se passe là où on a foulé la représentation d’un territoire ?

 

973 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :