L’Occitane, de la géo qui mousse, qui mousse

L’Occitane qui fait rêver

Autant le dire : je n’ai jamais rien acheté dans ces magasins  alléchants de L’Occitane. Rien ne m’y tente. On n’y vend ni chocolat alors qu’on en vend chez les fleuristes Au nom de la rose, ni vin, ni fromage, ni joujou érotique, pas de livres, ni de films; ni de disques. Juste des crèmes qui s’appellent Divine, des gammes de soins qui ont des noms à coucher en Amazonie, Mandacaru. Pour les hommes, il y a bien du gel douche mais je préfère le savon de Marseille, de l’after shave  mais beurk, pour celles qui vous embrassent, des eaux de toilette Verveine ou Menthe que je risquerai de confondre avec ma tisane du soir. Toute l’année, y a des coffrets de Noël,  de Saint-Valentin,  de Fête des pères, de Vacances à la plage. Y a plus de saison ? Entrez dans une boutique L’Occitane, ils vous renseigneront.

Voilà une entreprise française d’avenir que François Hollande devrait montrer en exemple au 20heures : Français, Françaises, tartinez-vous de crème Karité, hydratez avec Précieuse Immortelle, nettoyez avec Angélique, tonifiez avec Eau délicate, démaquillez avec les mêmes, passez du sérum Essence sublime, soignez vos yeux, vos lèvres, masquez vos visages avec Rosée du matin, gommez le soir avec Duo Froid Visage, protégez vos peaux fragiles avec Fluide radieux, prenez soin de vos rides, de vos taches, de vos paupières qui tombent déjà, de vos cils qu’il faut teinter, de la peau de votre cou qu’il faut tonifier, mesdemoiselles (regardez les vieilles dames que vous serez bientôt). Monsieur Hollande à la commande vous garantit un avoir fiscal.

L’Occitane : développement durable du paysage

Mais le PDG Reinhold Geiger mériterait-il cet honneur national ?  Le pauvre propriétaire autrichien de cette belle affaire provençale, sise au pays de la Pagnol, à Manosque, et en Ardèche et qui a dépassé le milliard d’euros de chiffre d’affaire en 2013, dont les recettes ont doublé en quatre ans, qui possède 1053 boutiques et 2082 points de vente, couine : « Si c’était à refaire, nous n’investirions pas autant en France : les charges sur les salaires sont trop importantes« . Comment se dit « peuchère » en autrichien ?

Voilà pourquoi, comme les Bretons de l’agroalimentaire expatriés au Brésil pour nous refiler du poulet low cost, L’Occitane met le cap sur le « pays du naturel«  où les essences font chanter les moindres corps gras avec des fleurs de jenipao ou de cactus mandacaru 40% moins chers que la lavande à Manosque et autrement plus exotiques.En Ameérique latine, la première boutique a été ouverte en octobre 2013.

Avec Yves Rocher, L’Oréal qui fait la fortune Bettencourt, Avon, Nivea auxquels L’Occitane ne se mesure pas encore (un minuscule 0,25% de part de marché mondial), « on est là dans le TOP 5 des marques naturelles (élaborées à base de plantes) avec 7% de parts de marché sur ce segment aux côtés des Kiehl’s, Natura ou encore Origins » pour Tanuj Shori, de Nomura, cité par mon ancien étudiant T. Dromard (1).

Avec son joli nom qui sent l’huile d’olive, l’ail et la lavande, L’Occitane est un toponyme on ne peut plus sensible et tactile. Parions que Cassandre aurait appelé cela « the new physical geography ».

 

_____________

(1) Challenges, n°366, p.61

 

2 799 vues

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le vôtre.

Laisser un commentaire

  1. A ceci près que si l’on regarde de plus près les formules, toujours écrites, législation oblige, avec des noms assez abscons, la nature est nettement moins présente: en fait, pour les spécialistes des cosmétiques, l’Occitane est avant tout un très bon programme de communication publicitaire. La chimie lourde à la rescousse de la nature… Mieux vaut aller voir d’autres marques, « vraiment » naturelles, même si globalement les produits de beauté dérivent justement de recettes alimentaires adaptées par la chimie de synthèse. Comme dans bien d’autres domaines, chacun et chacune pourrait se fabriquer crèmes, shampoings et onguents, mais il faut se renseigner un peu. Ceci étant dit, au moins, avec l’Occitane, on rêve un peu.

    Publié le 24 novembre 2013 à 18:40
%d blogueurs aiment cette page :