« Je me déplace dans la rue sans même que vous le sachiez »

Le président en scooter dans Paris

Cette phrase énigmatique que François Hollande avait eue dans sa conférence de presse de mai 2013 prenait ces jours-ci tout son relief… Et quel relief, chez les géographes pour lesquels le relief est synonyme de montagne et de ce qui se voit !

En effet, derrière les coups de foudre sentimentaux d’un homme « normal » qui a été élu président de la République, le cache-cache géographique d’une personnalité devant user d’un garde du corps pour se déplacer est un vrai casse-tête. Il a fallu la goujaterie d’un journaliste louant un appartement en face de celui d’une actrice pour épier cet homme dans le but de faire une photo. Et de se faire un nom dans la presse. Quelle performance, en effet ! Vite, le prix Albert-Londres ! Grandes ventes au magazine Closer

Il n’empêche. Les présidents et les personnalités n’ont-ils pas droit à une vie « normale » sans devoir passer lier leur vie privée à leur exposition publique ? Le désir d’ubiquité est contrarié, non pas par les moyens mis en oeuvre pour que les personnalités puissent se déplacer où elles veulent sans avoir de compte à rendre, mais par leur nouvelle visibilité liée aux  technologies modernes. On se rappelle d’un certain tweet en pleine campagne législative. On se souvient d’enregistrements chez Mme Bettencourt à son insu et qui valu tant d’enquêtes sur l’entourage d’une milliardaire manipulée. Les professeurs le savent aussi, certains ont été filmés à leur insu et exposés sur YouTube.

Si vous croisez deux scooters dans Paris qui semblent faire la paire,  vous avez peut-être dans les mirettes votre président (et son garde du corps), le visage dissimulé (pas toujours) sous son casque qui s’accorde une petite récréation. Monsieur le Président, désormais, on sait !

———–

Pour en savoir plus, sur le même sujet de l’espace pour se cacher : le bivouac de M.. Cahuzac

 

 

880 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :