La France aussi a ses catastrophes naturelles…

C’est le 401e article de notre site, et c’est grâce à nos lecteurs que nous progressons! Merci à tous pour votre soutien silencieux…

Le cyclone Bejisa qui a frappé l’île de la Réunion rappelle, s’il en était besoin, que le territoire national est soumis, lui aussi, à des aléas climatiques majeurs. Bien sûr, la Réunion est située en zone intertropicale, on ne verra donc pas de cyclone en Île de France de sitôt. Mais les inondations, les grands froids, les séismes sont tous des aléas possibles en France, métropolitaine ou non.

Le plus frappant, à chaque fois qu’un événement de ce genre survient, c’est la fragilité de nos équipements: électricité, eau, transports, tout se détraque très vite au moindre problème. sans oublier les éruptions volcaniques, pas celles des puys, mais celles d’Islande par exemple. Bien des vols avaient été annulés pendant de longs jours pendant l’éruption de l’Eyjafjallajökull en 2010.

La Réunion est à présent en bonne partie privée d’électricité, et plusieurs personnes ont été blessées. EdF confirme que plusieurs dizaines de milliers de personnes sont concernées.

Quant aux personnes tuées ou blessées, elles l’ont été du fait d’être sorties pendant le passage du cyclone.

Clocher de l’église de Saint-Benoit enlevé par le coup de vent de 1850

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer les mécanismes climatiques de ces cyclones. Celui qui vient de passer par la Réunion rappelle brutalement les violences auxquelles un territoire a priori paisible peut être soumis.

Un site propose un historique intéressant des cyclones réunionnais. Les cyclones y sont recensés depuis le 19e siècle seulement, autrement dit notre mémoire est assez courte. C’est le problème de l’histoire de l’environnement en général, un domaine en pleine expansion mais encore peu connu du grand public. Cette histoire, très proche de la géographie historique, permet de mieux comprendre l’évolution de nos territoires et surtout de nuancer ou de relativiser l’aspect « exceptionnel » de certaines catastrophes.

C’est donc une approche à privilégier pour comprendre les aléas climatiques, sismiques, et même technologiques.

 

915 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :