Angela n’aime pas les grandes oreilles de Barack

Encore un TOP 100 qui pourrait nous faire hurler. Mais là, avec 8 groupes européens dans les 100 premiers mondiaux (selon AT Kearney qui a compté les revenus), l’Europe est en train de se faire distancer. Hou !

Est-ce grave que Nokia le Finlandais batte désormais pavillon américain ? Est-ce grave que nous consommions le quart des produits et services technologiques et que nous soyons si mauvais pour les produits grand public où brillent Apple et Samsung ? Voici le tableau qui brille : dans les services informatiques (Capgemini, Atos, T-Systems), les logiciels (SAP), les semi-conducteurs (STMicroelectronics), les équipements télécoms (Ericsson, NSN, Alcatel-Lucent). Sur les marchés de niche: l’identité numérique, avec Gemalto, ou les logiciels 3D, avec Dassault Systèmes, mais ce n’est pas lourd dans la high-tech mondiale.

Source : Le Monde

L’étude pointe la faiblesse des investissements européens, mais aussi la R&D où l’on dépense moins que les États-Unis et le Japon. A l’exception d’Ericsson et Alcatel-Lucent qui déposent encore beaucoup de brevets. Le plus grave ? Le manque de vision stratégique, comme dans le mobile où l’Europe a loupé la marche du smartphone. Chinois et Coréens ont des plans stratégiques pour les décennies à venir, alors que l’Europe numérique et technologique n’existe pas.

Mais les choses bougent : Bruxelles vient de mettre au point un programme d’investissement de 80 milliards d’euros d’ici 2020. Et Angela Merkel vient de rappeler aux Français qu’il faut s’allier pour contrer les US dans les communications car elle n’aime pas être écoutée par les grandes zoreilles de M. Obama. Puisse-t-elle, sur ce coup-là, être entendue…

 

 

 

2 227 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :