La géographie pour tous est arrivée ! (Petite explication en passant par Levallois)

Dans le délire qui s’empare de la France qui s’offre un mariage pour tous, des familles pour tous, des manifs pour tous, tentons la géographie pour tous. Celle-là libérée de ses chaines universitaires qui aimerait ouvrir sur une autre compréhension de l’espace par des anomalies.

Prenons simplement ce petit coin de l’Ile-de-France qu’est Levallois-Perret (Hauts-de-Seine – photo ci-dessus). Ses 65 000 habitants ont élu cette commune sur les bords de Seine, sans doute pour sa proximité vis-à-vis de Paris, ses aménités, son histoire glorieuse qui relie sa terre à l’abbaye de Saint-Denis depuis 1215. En 1845, la commune naît d’une opération de lotissements. Aujourd’hui, la ville est pleine comme un oeuf avec une densité de 27 000 habitants au kilomètre carré.

 Qu’est-ce que la géographie pour tous dit de Levallois ? J’ai demandé à l’humoriste Stéphane Guillon de m’aider. Il se propose de répondre en citant une série qu’il appelle « les Balkany » (1). Une saga dont le parrain est fils de berger corse devenu président du conseil général, Charly Pasqua, « qui ne se fait jamais attraper, dont la courroie de transmission est l’ancien énarque Didier Schueller qui « dirige le cartel de Clichy » avec le « tandem Balkany-Sarkozy, deux immigrés hongrois, plus ou moins autodidactes qui trustent Levallois et Neuilly« .

Pour comprendre comment cet espace urbain est géré, il faut repérer un acteur essentiel, l’office HLM des Hauts-de-Seine « qui réalise 4 milliards de francs de travaux, rien qu’en 1994, sur lesquels nos compères ponctionnent 5% pour financer leur formation politique. Ils ouvrent des comptes en Suisse, planquent tout, y a tellement d’argent qu’ils n’arrivent plus à tout blanchir… Une vraie gabegie ! »

Guillon raconte une « scène hyperdrôle dans laquelle Chirac, un grand mec qui boit de la bière, mange de la tête de veau et tire sur tout ce qui bouge… demande à Balkany de lui trouver 2 millions de francs en liquide pour financer sa campagne« . Je ne vous dirai pas tout, sinon que la remise d’argent se passe mal, que Schueller « avec six passeports vierges avec des tampons officiels » est exfiltré aux Bahamas, mais doit revenir faire de la prison ferme en France où il se met à table. « L’amateur de tête de veau devient président en 1995 et le petit Hongrois hystérique en 2007 avec comme slogan la République irréprochable. Là, tu te dis : il y a un vrai problème de scénario, dans la vraie vie, ce ne serait pas possible ! Le comique ne repose que sur un minimum de crédibilité ».

Balkany et Sarkozy en 2009

Balkany bénéficie d’un non-lieu. « Le type, avec un salaire de député-maire de 11 755 euros par mois, réussit à s’offrir un palais à Marrakech, deux résidences de luxe à Saint-Martin et un magnifique moulin à Giverny…. et il n’est toujours pas inquiété. » Pourtant, Schueller, écoeuré d’avoir été le seul à payer « prouve au juge que Balkany a bel et bien blanchi 33 millions de francs pour son propre compte.. Là, on pense qu’il est foutu, dans le prochain épisode, on le retrouve en taule… Eh bah non, le juge s’en fout ! Le gars réapparaît une semaine plus tard, hilare, cigare aux lèvres, serrant des louches sur les trottoirs de Levallois« . Chaque semaine apporte son lot de turpitudes. Balka continue son cinéma, insulte les journalistes. Et tout le monde parie qu’il est réélu au premier tour le 23 mars 2014.

Question  de géographie pour tous : pourquoi Levallois est-elle un paradis judiciaire ? Un îlot de gangstérisme (avec quelques autres) en Ile-de-France ? Pourquoi les géographes seraient-ils cantonnés au climat, à la démographie, l’altitude de la ville, l’urbanisme, l’économie et ne parleraient pas d’une ville où l’on peut faire carrière à l’abri des juges ? Un no man’s land judiciaire ?

Yves Lacoste tonnait, en 1976, que la géographie, ça sert à faire la guerre. On pourrait rêver en 2014 que la géographie pour tous serve à ne pas prendre les gens pour des imbéciles.

 

____________

(1) Source : « Balkany », saison 24, S. Guillon, Libération 7 février 2014

 

1 255 vues

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le vôtre.

Laisser un commentaire

  1. Alais La Ferté

    Bien mal acquis ne profite [presque ?] jamais …
    A condition d’être patient, le châtiment va finir par arriver d’ici 2020 !!!

    Publié le 31 octobre 2015 à 23:08
%d blogueurs aiment cette page :