Le territoire, ça se dévore ?

Ce mot du cinéaste suisse Alain Tanner pour qui un film a besoin de « dévorer un territoire«  est une expression passionnante. Le géographe Jean Bruhnes le disait de la nourriture : « Manger, c’est incorporer un territoire ».

Cette saveur du territoire, il faut la comprendre comme une découverte du lien entre un être humain et le lieu qu’il aime parce qu’il y a été aimé. La voracité pour Alain Tanner, c’est sans doute une forme de hargne et de rage qui fait défendre ce qui est marqué par une origine. Comme un appétit incontrôlable pour un lieu et ce qu’il porte d’universel à travers son particularisme. Dans la conversation rapportée par Laurent Carpentier de Lausanne (1), les jeunes cinéastes suisses romands qui enchantent les festivals insistent : « A l’instar de ce que font les Dardenne en Belgique, plus le cinéma est ancré dans un lieu, plus il est universel » (Ursula Meier, qui a réalisé L’enfant d’en haut). Pour Jean-Stéphane Bron (dont on a vu L’expérience Blocher), Tanner prétend que la montagne suisse avait été « dévorée » par Fredi Murer (L’âme soeur).

Plus curieusement, les jeunes cinéastes explorent le lien d’amour-haine, selon le mot de Jean-Stéphane Bron, qu’ils ont avec la Suisse où ils alternent la résidence avec Paris. Ursula Meier « adore » la topographie du Valais qui a « quelque chose d’américain, avec ces grandes plaines et ces montagnes abruptes, ces longues routes, ces lignes de fuite... »

Pour Carpentier, lorsqu’Ursula Meier filme dans Home une famille vivant à côté du monde, au bord de l’autoroute et s’emmurant dans sa maison, elle est « en prise avec cet inconscient suisse et sa psychose de l’enfermement« . Jean-Stéphane Bron compare les cinémas suisse et autrichien : « Nous, on manie l’auto-ironie, eux, ils se tranchent les veines ».

Ainsi donc, les Suisses ouvrent un nouveau chapitre de l’histoire du cinéma. Où la géographie ne joue pas un petit rôle. Un peu comme le fut le paysage dans le western américain

 

————-

(1) « Nouveaux Romands », Le Monde, 25 mars 2014

Lire aussi Le cinéma romand, une bande à part

 

 

 

12 049 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :