Des allergies à la carte…

Avec le printemps, les allergies reviennent… les pollens, acariens et autres pollutions de l’air déclenchent cette irritation qui peut avoir des effets graves sur la santé, dont l’asthme fait partie. On sait aussi que les allergies progressent depuis plusieurs années en France et ailleurs dans les pays industriels. Les allergies au pollen sont les plus classiques, mais les allergies alimentaires se développent énormément, et posent des problèmes de santé publique très sérieux.

Carte des risques allergènes avril 2014

Plusieurs sites recensent et cartographient les cas d’allergie comme les allergènes. Le site du Réseau National de la Surveillance Aérobiologique (RNSA), propose une carte mise à jour en permanence sur les risque d’allergie « aérienne »:

Cette carte recense par département les risques encourus par type de végétal: en survolant un département, on voit quelles essences sont le plus dangereuses. Mais elle ne montre pas les cas avérés. Un article de Slate évoque un autre type de carte, proposé par le laboratoire Openhealth.fr qui montre les cas:

Cette vidéo montre l’évolution des cas depuis plusieurs années. Cela rejoint les protocoles de recherche en géographie de la santé, un secteur de recherche en plein développement et riche de promesses.

On voit sur ces deux cartes des localisations diverses: tandis que la carte de la RNSA montre une aggravation du risque en allant vers l’est du pays, comme si les vents d’ouest drainaient les pollens vers l’intérieur du continent, la carte des cas révèle l’importance de Paris, alors que a capitale n’apparaît pas en tête dans celle du RNSA. Car il existe d’autres facteurs d’allergie: pollution, produits chimiques présents dans l’atmosphère… En fait, depuis la fin de la seconde Guerre mondiale, nous avons inventé des milliers de produits chimiques dont nous ignorons finalement les effets à long terme sur la santé. Et à part un acte de foi sur l’innocuité de ces produits, nous n’avons aucune certitude sur leur importance environnementale.

La procédure REACH au niveau européen est censée réguler ces substances, mais elle reste très en deçà des attentes. Les lobbies chimiques sont en effet très puissants…

Les corrélations entre substances chimiques et allergies sont difficiles à établir, mais c’est un domaine très intéressant à explorer. Dans tous les cas, la progression des allergies, quelle que soit leur origine, est un fait de masse de notre époque, et la géographie de la santé a raison de s’en emparer car cela permettra sans doute de mettre à jour ces corrélations, afin de mieux comprendre ce fléau.

Photo en une: Source : mkrberlin – Fotolia

1 577 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :