La Chine, pays riche, peuple pauvre

La Chine qui vient de s’éveiller va-t-elle faire trembler le monde ? On aurait tort de procrastiner sur la réponse tant la Chine est devenue forte : elle est le plus gros exportateur mondial de capitaux et, donc, cette position répond d’une manière à la question. Avec des réserves de change supérieures au PIB de l’Allemagne, selon Claude Meyer (1), Pékin investit et devient un bailleur de fonds d’échelle mondiale. Elle est le premier créancier des Etats-Unis, aide l’Europe à surmonter la crise de l’euro. « Pour certains pays en développement, elle devient une sorte de Banque mondiale » (id).

La première raison de l’emballement chinois est que la Chine pallie les vulnérabilités de son économie. Elle est, certes, la deuxième puissance mondiale, mais elle souffre d’être dépendante du reste du monde pour les matières premières, les technologies et les marchés d’exportation. Ça fait beaucoup… Le pouvoir politique chinois a de quoi être inquiet. On comprendra qu’il sécurise son accès aux matières premières, qu’il achète des entreprises étrangères riches en technologies et qu’il investisse à l’étranger.

L’Etat est le stratège de cette ouverture, par de grandes banques comme Eximbank et China Development Bank. Mais tout ne marche pas forcément bien. PSA a été visée en 2014 pour rattraper le retard technologique. Notre mythique Club Med vient de tomber dans l’escarcelle sans doute pour aider le pays à comprendre ce qu’est le tourisme. Pour les ressources énergétiques et minières, les régions visées sont surtout l’Amérique du Nord et moins l’Afrique où le « néocolonialisme » est souvent dénoncé car les investissements créent peu d’emplois.

Ce qui est à craindre, c’est qu’une entreprise occidentale soit évincée du marché chinois et des marchés d’exportation, comme ce fut le cas pour le nucléaire ou le TGV. Claude Meyer a alerté l’opinion dans un article clair et net (2). Même remarque pour la sécurité militaire.

La grande nouveauté est la masse d’excédents extérieurs offrant une force de frappe exceptionnelle. Prudemment, les Chinois prisent le marché US : fin 2013, « chaque Américain avait une dette de 4000 dollars vis-à-vis de la Chine » (1).  La Chine détient aussi 7% de la dette européenne, d’où son geste dans la crise européenne lorsqu’elle souscrit des emprunts grecs, espagnols et portugais. Dans les pays du Sud, elle aide plus que la Banque mondiale, dans les hôpitaux, routes et écoles.

Claude Meyer se demande comment un pays qui a un revenu annuel par habitant de 7 000 dollars peut investir autant à l’étranger ? Parce que la Chine épargne. Elle possède le tiers de l’épargne mondiale ! Les ménages n’ont pas de couverture sociale et les prix de l’immobilier sont astronomiques par rapport aux revenus… Pour autant, ce gigantesque fonds d’épargne fait-il, de la Chine une puissance financière ? La Banque mondiale est sévère sur le système financier chinois : « jugulé, déséquilibré, coûteux, potentiellement instable » comme l’a montré la question des dettes des collectivités locales.

Plus ennuyeux est le faible poids de la devise. Car le yuan n’est pas pleinement convertible. Les dirigeants ont suivi les crises monétaires qui ont affecté le Japon et Pékin avance que très progressivement, en mettant Hongkong en avant. Mais d’ici à ce que le yuan soit une devise commerciale mondiale, il y a un grand pas à franchir. Pour avoir une monnaie internationale, il faut un marché très liquide que les Chinois ne sont pas encore près d’avoir.

Malgré tout, l’Occident « doit s’attendre à des bouleversements géopolitiques d’une ampleur inégalée » pour C. Meyer. Même si pour l’instant, le pays ne revendique qu’une « juste place« . Que sera-t-elle quand elle sera la première ? La Chine serait tentée par l’hégémonie ? « Le rêve chinois, c’est la grande renaissance de la Chine » aime à rappeler Xi Jinping. A bon entendeur…

______

(1) La Chine, banquier du monde ? Etvdes, novembre 2014

(2) « Dongfeng-PSA : un accord gagnant-gagnant ? », Le Monde, 20 avril 2014

2 860 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :