La Chine s’achète la France

Sur l’autoroute A31, « Terra Lorraine » d’une surface de 130 hectares peut accueillir 2 000 entreprises d’origine chinoise..

Quand Les Echos évoquent la Chine en train d’acheter des pans entiers de l’économie française, ça donne un titre de manuel de terminale  : « La Chine, nouvelle frontière ». Derrière cette formulation de matamore, c’est en fait la piteuse histoire d’Areva que la patronne Atomic Anne (Lauvergeon) a mis au tapis et dont le successeur, Philippe Varin, vient de mendier chez les Chinois une montée au capital. Avec 300 milliards de dollars, le fonds souverain chinois aux mains de Mme Lili Mao a de quoi faire quelques emplettes Surtout en Europe, car les Américains, très méfiants, refusent les investissements chinois. D’autant que les Chinois ont plein les poches d’excédents commerciaux qui restent copieux (46 milliards d’euros en 2014).

Dans le panier chinois, on trouve bien  des châteaux bordelais (difficiles à copier), mais les choses plus sérieuses sont arrivées avec Peugeot et le Club Med. Aujourd’hui, 240 entreprises françaises sont déjà sous pavillon chinois. En cinq ans, les investissements chinois en France ont été multipliés par six. Non négligeable même si le rythme cache un rattrapage.

En Europe, la Chine s’est offert le port grec du Pirée et des pans entiers de l’industrie navale. Au Portugal, près de la moitié de ce qui a été mis sur le marché lors des privatisations a été raflé par les Chinois. En France, F. Hollande a laissé monter China Investment Corporation dans le capital de GDF Suez et ouvre grand les portes aux investisseurs. Dans l’industrie et le tourisme, les choses se corsent. Les touristes chinois qui arrivent en masse seront accueillis par Pierre & Vacances (Center Parcs) rapproché de Beijing Capital Land. Ainsi, une partie de la manne touristique revient dans les comptes des patrons chinois. E. Lévy (1) note que Jingjiang International s’est payé le groupe Louvre Hotels (Kyriad, Campanile…) représentant 90 000 chambres. Le rapprochement avec l’achat de l’aéroport de Toulouse où les Chinois ont été préférés à Vinci et Aéroports de Paris fait courir le fantasme que la Chine se rapproche d’Airbus et ses sous-traitants. On n’est pas loin de l’espionnage qui avait poussé l’Amérique du Nord  à refouler une part des télécoms chinoises…

Dans l’agroalimentaire, la Bretagne sinistrée accepte sans barguigner que le groupe chinois Synutra bâtisse une usine pour le lait en poudre. Pas de quoi battre un yaourt ? Et le transfert de technologies ? Car dans d’autres secteurs, l’affaire pourrait bien être plus stratégique : dans la chimie, Bluestar Silicones à Saint-Fons (Rhône), dans le BTP, NFM Technologies…

Le meilleur est pour la fin : les Chinois vont construire des villes nouvelles en France, l’une sur une base de l’OTAN en déshérence à Châteauroux, l’autre à Illange (Moselle). Francis Journot (Association Rendez-nous notre industrie) s’indigne devant E. Lévy : « Illange pourrait accueillir jusqu’à 5 000 conteneurs par jour. Des milliards de produits pourraient, alors, grâce à une mini-transformation se prévaloir du label « Made in France ».

On a déjà l’expérience de ce qui s’est passé au Royaume-Uni où les grandes entreprises ont disparu sous la forme de filiales étrangères. Si les emplois ont été préservés, de quelle qualité sont-ils dans ces entreprises devenues des sous-traitants ? Volvo a vu le tiers de sa production délocalisée en Chine et Peugeot pourrait bien connaître dans les décennies à venir le même dépeçage. Aujourd’hui, Areva, demain EDF sont dans la nasse des Chinois, avec la complicité des politiques.

En une: Illange (Moselle) imaginé par les Chinois

_________________________

Source :

– Marianne, 13-19 mars 2015
– P. Le Corre, A. Sepulchre, L’offensive chinoise en Europe, Fayard
– P. Jumel, M. El Hattab, P.P.Baudel, La France : une étrange faillite. Vers un 1940 économique, Alpharès.

2 704 vues

4 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Laisser un commentaire

  1. Patricia SELL

    Votre article manque de détails et de précisions mais vous dénoncez un fait que je dénonce aussi depuis bien longtemps et pour lequel j’ai l’impression d’y voir seule un danger. Nos compatriotes sont trop heureux d’y voir une opportunité financière et des emplois préservés. Or, c’est pour combien de temps ? Car les Chinois n’embauchent pas les étrangers dans leurs entreprises! Ils n’importent pas non plus ! Quel est donc vraiment le deal avec nos politiques qui bradent la France aux Chinois et aux pays du Golfe ? Je crains le pire car, comme vous le soulignez, la manne financière des bénéfices issus de ces investissements étrangers retourne en très grande partie dans les poches de ces investisseurs et le contribuable français est toujours le perdant. Que deviendront ces mêmes emplois quand les Chinois auront acquis tout notre savoir-faire comme dans l’industrie du vin ou l’automobile ? Cette politique à très court terme ne sent pas bon pour l’avenir, d’où la montée du FN en France car le Français est très chauvin malgré tout.

  2. Pierre Chabat

    « Chino-filé ! »
    A tout acheteur correspond un vendeur. C’est la règle du commerce. Si tout se vend, alors tout est achetable, et comme tout est achetable, nous pouvons conclure que tout se vend.
    Ce petit raisonnement, certes basique, n’est valide qu’à une seule condition. En effet, le troisième support à cette logique, ce qui fait qu’il tient debout, n’est pas l’honnêteté, la droiture, la loyauté, l’équilibre des pouvoirs, ou même le bon sens et l’équité, c’est l’argent. Le fric, le pèse, le pognon, les gros bénéfices et tous ces lingots qui pèsent lourd, très lourds, au point d’être insoulevables. Mais plus encore que cette jalouse émotion, et toujours conformément à cette logique de dealer, la Chine n’achète pas la France, elle se la paie. Et c’est bien ça qui suscite le coup de gueule, l’écœurement, le dégout le sentiment d’injustice. Or se payer quelque chose n’est pas tout simplement l’acheter, c’est aussi se l’accaparer, se le négocier, l’échanger, l’imposer ou le détruire. Il n’est jamais très sain et bénéfique de se faire « payer de sa poire », et ce pour aucun des acteurs de cet échange.
    La question que cette horrible chose pause à présent, c’est de savoir, qu’une fois que La méchante Chine aura croqué à pleine dents la gentille France, très à cheval sur ses principes de générosité et tellement convaincue des bienfaits de la délocalisation, ce qu’elle en fera. Il est quand même fort à parier, qu’une fois son acquisition rentabilisée, elle essaiera de la revendre, mais cette fois après l’avoir chino-relocalisée, je crois qu’on appelle ça : « la refiler ».
    Tant va la Chine à l’eau qu’à la fin…..elle se noie.
    Bien cordialement
    Pierre Chabat

  3. evelinereyt

    La France n’a pas le choix ? 1/ les traités européens lui interdisent de ne PAS commercer avec les pays tiers 2/ Les grandes orientations de politiques économiques dictées par Bruxelles imposent de vendre le patrimoine, l’argent DOIT rentrer pour rembourser la dette. 3/ Les banques prêtent plus difficilement aux entreprises

  4. Rétrolien: La Chine s’achète la France… – Les moutons enragés

%d blogueurs aiment cette page :