Détruire, disent-ils: un article de Géographies en mouvement

Le vandalisme a sa géographie, mais comment la comprendre?

La nouvelle de la destruction de Hatra, capitale parthe, début mars, s’ajoute à toute une série de destructions et de pillages, en Irak, mais aussi en Syrie et dans toutes les régions soumises aux violences des islamistes de Daech. Même si les destructions filmées au musée de Mossoul concernaient beaucoup de copies (d’après Arrêt sur Image), la violence des images est là pour prouver la volonté des agresseurs. En outre, un gigantesque trafic d’antiquités s’est mis en place depuis la deuxième guerre d’Irak, en 2003, et ces flux illicites alimentent les pays riches. Troublante collusion entre collectionneurs avides et islamistes indifférents au passé mais lucides quant à la valeur marchande des objets qu’ils se gardent bien de vandaliser quand ils peuvent en tirer profit.

La suite de l’article de Géographies en mouvement ici

1 186 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :