Les touristes, ces barbares

Alors que les Grecs jouent à se faire peur avec un Premier ministre qui chauffe les oreilles des Européens, l’hémisphère Nord bouscule ses habitudes de vie. Les touristes sillonnent les routes, les aéroports et les gares pour atteindre les plages, les vieilles masures, les chemins de randonnée, les campings. Dans ce ballet écrit d’avance, surgissent des islamistes qui terrifient de jeunes femmes blondes en bikini sur les plages de Sousse (Tunisie). Images saisissantes entre la nudité fragile de ces Européennes et les terroristes venus d’une jeunesse désespérée et frustrée qui bascule dans la violence et la terreur.

Selfie nu Natacha Polony (1) cite de Philippe Muray, le sarcastique Tombeau pour une touriste innocente (2003). Où l’on voit une touriste blonde qui milite pour le développement durable, demande des rampes d’accès pour les handicapés, se passionne pour le transhumanisme. Mais finit décapitée par un faux rebelle terroriste qui se trouve être son double symbolique.

Ces scènes macabres en Tunisie  n’ont pas affecté le tourisme dont Courrier international rappelle qu’il touchera plus d’un milliard de personnes en 2015. Un milliard qui ira surtout « où il y a des touristes », soit Las Vegas, la Costa del Sol, Bali, Pattaya. Pour chercher la chaleur, vivre nu (ou presque), boire, danser, ne penser à rien, se laisser aller. « Comment ne pas être en faveur de la démocratisation du tourisme ? » se demande Courrier International.

Selfie nu Machu PicchuPolony se met en boule : « Comment ne pas être en faveur de cette transhumance de l’absurde dont les derniers avatars sont les selfies nus que prennent certains dans des sites sacrés ou grandioses, des temples d’Angkor au Machu Pichu ? Comment ne pas être en faveur de cette transformation des traces des civilisations humaines en joli décor pour une mise en scène de soi. Récemment (…), on a vu sur les réseaux sociaux des collections de selfies souriants pris au mémorial de la Shoah à Berlin. » Et Polony enchaîne : « Parce que le tourisme des beuveries à Ibiza et le tourisme qui enchaîne les visites de monuments privés de contexte historique et de connaissances minimales pour les aborder se sont rejoints en une industrie incarnant « l’ouverture » et la « démocratisation », donc le Bien. »

Citant Jean Mistler, qui écrit que le « tourisme est une industrie qui consiste à transporter des gens qui seraient mieux chez eux dans des endroits qui seraient mieux sans eux », Polony invite à lutter contre le « nihilisme barbare » « en lui opposant non les provocations moralisatrices mais le sens.

___________

(1) Le Figaro 4 juillet 2015.

Dans Les Echos du 8 juillet 2015 :

Barcelone se rebelle contre des « envahisseurs » trop bruyants

L. D.

Des « hordes d’envahisseurs » défilant en « sombreros mexicains », plongeant leurs lèvres dans « un liquide toxique » qu’on leur présente comme de la sangria : c’est le « cauchemar quotidien » des habitants de Barcelone décrit par le quotidien italien « La Repubblica ». En ce début de saison touristique, excédés par le bruit et les incivilités, certains Barcelonais ont suspendu des pancartes à leurs façades : « Tu détruis Barcelone. Touriste, rentre chez toi ! » intiment-elles. Vingt-sept millions de personnes visitent chaque année la capitale catalane, devenue une destination de tourisme de masse.

Consciente du ras-le-bol des citoyens, Ada Colau, la nouvelle maire de Barcelone élue en mai avec le soutien de Podemos, avait fait de la régulation du secteur touristique une de ses promesses de campagne. En fin de semaine dernière, elle a pris une décision radicale : la suspension, pendant un an au moins, des émissions de licences permettant d’agréer les logements touristiques. Hôtel cinq étoiles ou appartement en location, tous les logements sont touchés. Et tant pis pour les 400 millions d’euros investis récemment par de grandes chaînes de palaces telles que Hilton ou Four Seasons, critique « La Repubblica ». « Des milliers d’opportunités d’emplois partent ainsi en fumée dans un secteur qui représente 14 % du produit intérieur brut et emploie 120.000 personnes », déplore le quotidien.

Non seulement le moratoire d’Ada Colau est nocif à l’économie, mais il ne fera que déplacer le problème, estime le quotidien. Le syndicat du tourisme de Barcelone suppose que les nouveaux hôtels s’installeront en périphérie « et l’invasion de la ville se poursuivra exactement comme auparavant ».

 

 

 

1 337 vues

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le vôtre.

Laisser un commentaire

  1. Pierre Chabat

    Prisonnier d’un quotidien plus ou moins contraignant, abject ou sordide, l’Homme à toujours cherché, et ce depuis qu’hominidé il fut appelé, à chercher l’amélioration de sa condition et l’organisation de sa survie, par la transhumance et la migration. Pour satisfaire cet atavisme, avions, autocars ou radeau de fortune abondent aujourd’hui et s’industrialisent en procurant à chacun, à un tarif quelque peu standardisé par tous les voyagistes et passeurs du monde, le moyen de l’évasion. Cette quête de liberté, de découverte et de nouveaux horizons plus prometteurs et authentiques, comporte à l’évidence le risque de ne trouver aucune de ces aspirations, voire même de rencontrer des concepts totalement opposés. L’effet bénéfique de cet allant d’espoir n’ayant de toute façon qu’une durée limitée, c’est le retour qui curieusement procure à la fois la satisfaction de l’acte accompli, et l’amer sentiment de retrouver la case départ. La perpétuation du « tour de manège », propre aux manifestations commerciales que sont les foires, crée l’habitude du tourbillon euphorisant et sa généralisation, au point d’oublier, que les tigres que l’on y chevauche ne sont pas toujours de carton.

    Publié le 6 juillet 2015 à 10:41
%d blogueurs aiment cette page :