Le nécrotourisme, pour visiter l’espace des morts / Necrotourism: Visiting the Realm of the Dead

Une promenade de saison ? Pour alimenter la mélancolie automnale avec les feuilles or et sang qui chutent des arbres, rien ne vaut une forêt de Pennsylvanie pendant l’été indien ou… le cimetière du Père Lachaise à Paris, best off des lieux de tourisme français. Les visiteurs ne désemplissent pas devant les tombes de Jim Morrison, Oscar Wilde, Balzac, Musset, Molière, ProustLe Guatemala vient d’inventer les visites  nocturnes à Quetzaltenango, le plus vieux cimetière du pays. Mais il ne faut pas avoir peur…

Going for a seasonal walk? To feed the autumnal melancholy with falling leaves of red or gold, nothing beats a Pennsylvania forest during the Indian summer…or the Père Lachaise cemetery in Paris, best off in the traditional line of French tourism. Visitors can never get enough of the graves of Jim Morrison, Oscar Wilde, Balzac, Musset, Molière, Proust…Guatemala just implemented nighttime visits to Quetzaltenango, the oldest cemetery in the county. But do not be afraid…

Car ce nécrotourisme nocturne peut vous donner les frissons devant les effigies… des anciens présidents, les répliques d’églises et de pyramides. Pour 6,50 dollars, Adrenalina Tours vous garantit que les bruits bizarres pendant la visite ne sont pas des effets spéciaux.

Because this nighttime necrotourism can give you chills of awe before the effigiesof former presidents and replicas of churches and pyramids. And for $6.50, Adrenalina Tours guarantees that strange noises during the visit are not special effects.

L’occasion de se demander pourquoi on visite les cimetières, des très célèbres comme celui d’Arlington (Etats-Unis) ou celui d’Hiroshima (Japon). Pour Philippe Stone, directeur de l’Institut de recherche sur le nécrotourisme, les touristes ressentent une forme d’empathie pour les victimes avant de revenir à leur confort quotidien. Il s’agirait donc d’une démarche pour se rassurer devant la mort.

Autumn gives us the chance to ask why we bother visiting cemeteries, why we enjoy the very famous ones, such as Arlington (in the United States) or Hiroshima (in Japan). For Philip Stone, Director of the Research Institute for Necrotourism, the answer lies in the adventure: tourists experience a form of empathy for the victims before returning to their daily comfort; it is about a process of reassurance before death.

Voici, à l’occasion de la fête de nos morts (en Europe, le 2 novembre), une petite promenade dans les plus belles nécropoles du monde.

Now, with the upcoming celebrations of our dead (November 2nd in Europe), think about taking a walk through the some of the most beautiful cemeteries in the world.

Cimetière Buenos Aires, La Recoleta

Cimetière / Cemetery Buenos Aires, La Recoleta, Argentina

 

Cimetière de Santa Cruz, Mexique

Cimetière de / Cemetery of Xococotlan, Santa Cruz, Mexique, Mexico.

 

Le 1er novembre, les Mexicains honorent également leurs proches disparus lors de la Fête des Morts. Ils décorent les tombes, installent des offrandes et chantent des prières, le tout sous les yeux des touristes conviés aux célébrations.

On November 1, Mexicans also honor their missing relatives during the Day of the Dead . They decorate the graves, organize offerings and chant prayers, all under the eyes of tourists invited to the celebrations.

Cimetière Los Angeles

Cimetière de Forest Lawn,  Los Angeles (Etats-Unis)

Sur ces collines d’Hollywood reposent des légendes du cinéma et de la chanson. La sépulture de Michael Jackson côtoie ainsi celle de Bette Davis, de Fritz Lang ou d’Elizabeth Taylor.

Forest Lawn Cemetery , Los Angeles (USA).

Throughout the Hollywood Hills rest many film and song legends. The grave of Michael Jackson stands alongside that of Bette Davis, Fritz Lang, and Elizabeth Taylor.

Cimetière, Corée du Sud

Cimetière mémorial des Nations Unies / United Nations Memorial Cemetry in Busa,  Pusan, Corée du Sud, South Korea

 

Cimetière de Kabul, Afghanistan

Cimetière Kart-e-Sakhi, à Kabul, Afghanistan. Kart-e-Sakhi cemetery in Kabul, Afghanistan

 

Cimetière juif, Russie

Cimetière juif, Russie. Jewish Cemetery, Russia. Bodies are buried up to twelve deep.

 

Cimetière de Sapanta, Roumanie

Cimetière/Cemetery of Sapanta, Roumanie (Romania)

Cimetière au Groenland

Cimetière au Groenland. Cemetery in Greenland

Cimetière Saint Pierre, Marseille

Cimetière Saint Pierre, Marseille. Saint Pierre Cemetery, in Marseille (France)

Diaporama

Source de l’article. Photo du haut de l’article : cimetière/cemetery de Quetzaltenango (Guatemala)

Translation by Hannah Paton, Bucknell University (PA)

==============

Pour aller plus loin :

Écocimetières

Les responsables du cimetière communautaire Royal Oak dans la région de Victoria en Colombie-Britannique offriront dès l’automne 2008 des enterrements écologiques dans le premier cimetière vert au Canada. Les lots où seront enterrés les cercueils retrouveront leur état naturel une fois l’enterrement terminé. Et au lieu d’une pierre tombale, la famille du défunt pourra marquer l’emplacement par un arbre ou une plante. Toutefois, seules des espèces indigènes seront permises.

Pour respecter entièrement la nature, les corps ne seront pas embaumés, mais enveloppés dans des linceuls de chanvre avant d’être déposés dans des cercueils de pin, de bambou ou d’osier.

(Sophie Rousseau, Radio-Canada, «Nouvelles régionales Colombie Britannique,10 juillet 2008)

«Au Royaume-Uni, où l’industrie de la mort naturelle fleurit depuis 1993, on compte maintenant plus de 200 écocimetières. L’industrie funéraire, là-bas, n’a jamais eu autant de pouvoir qu’ici, selon Mike Salisbury. C’est là un contexte idéal pour le développement d’une industrie alternative. Pour Hazel Selina, créatrice d’Écopod, le mouvement de la mort verte au Royaume-Uni a des racines historiques. «Nous avons un héritage victorien austère qui nous vient de notre bonne vieille Reine, en particulier en ce qui concerne l’industrie funéraire. La mort naturelle est peut-être un simple retour du balancier, la renaissance de rituels moins protocolaires et collet monté.» L’Écopod qu’elle fabrique est un cercueil ultra léger fait de papier recyclé et qui rappelle vaguement un sarcophage égyptien. Il devrait être offert au Canada dès 2008.

[…]

Au Québec, Stéphane Elkas, directeur de la Maison funéraire Steve L. Elkas, à Sherbrooke, a accepté un partenariat avec les cercueils Le Vertsant. Depuis janvier 2006, cette entreprise québécoise fabrique, selon une méthode artisanale, des cercueils et des urnes de bois récupéré sans clou ni vis, ni teinture. « J’ai remarqué que si les gens étaient plus attirés par les cercueils de bois que par les cercueils en métal, c’était d’abord pour des raisons écologiques », raconte M. Elkas.»

Source : Sophie Massé, «Le décès écologique expliqué aux vivants» 11 avril 2007
forestofmemories.org/media/ 2007/04/11/mourir-vert-to-die-green/

1 510 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :