Seul sur Mars (Ridley Scott), un western dans l’espace ?

Le monde est fini, mais le désir infini… De l’infiniment petit à l’infiniment grand et lointain, l’homme est un joueur qui agace le philosophe Pascal. Il ne tient pas en place. Ridley Scott qui n’aurait pas filmé la conquête de l’Amérique par Colomb se lance dans la conquête spatiale (un film précurseur, Apollo 13 et, plus récemment, Gravity d’Alfonso Cuaron et Interstellar de Christopher Nolan qui a prêté à Scott des acteurs taillés pour jouer avec les fusées, Matt Damon et Jessica Chastain.

Voici Mark Watney (Matt Damon) le botaniste égaré sur Mars, abandonné par ses collègues astronautes qui ont fui une tempête de sable. ll faut survivre, en attendant la mobilisation internationale à des millions de kilomètres de là. Trente et un jours de provisions et même pas de viande rouge cancérigène.

L’espace de Ridley Scott, on le connaît depuis Blade Runner et Alien, inoubliables films de science-fiction. Ici, il est formaté par le roman de hard science fiction (science fiction réaliste) d’Andy Weir qui a travaillé à des scénarios avec la Nasa. Mais il y a une autre référence, celle de l’île déjà traité par Daniel Defoe et critiqué par Deleuze. Il en dénonçait la vie petite-bourgeoise identique a celle décrite dans le film, même si le comique tente d’effacer une partie des inquiétudes vaguement réactionnaires de Scott. La survie est résolue par l’individu, en regard d’une géopolitique où les Etats-Unis et la Chine ont le beau rôle.

Film d’aventures sur Mars ? Si on veut. Sans le pathos habituel, ni les boursouflures des anciens Ridley Scott, Prometheus ou Exodus. Ici, c’est la nouvelle frontière de l’époque Obama, façon ironique : Fuck you, Mars ! pour Matt Damon.

Les écolos apprécieront-ils cet astronaute touchant, dans ses paysages qui ne sont pas sans rappeler les western, qui rapetasse son matériel, bêche le jardin, bricole son scaphandre (avec du scotch !), cause à sa caméra GoPro (donc, à nous) ? Adrien Gombeaud qui a dû suivre longuement Top Chef à la télévision le compare à ces candidats expliquant ce qu’ils font. Il y a de la comédie dans l’air.

D’autant que Jessica Chastain revient comme dans Gravity dans des scènes d’apesanteur en 3D. Mark Watney joue un rôle taillé à sa mesure sur le contrôle de la peur, l’ingéniosité de l’homme, la fraternité courageuse et convaincante, quoi qu’une peu naïve par les temps qui courent sur Terre. Suffirait-il de régler un à un les problèmes pour se sortir du piège ? On veut y croire comme tous les Américains capables de telles rêves. Dans les paysages désertiques, c’est la condition de la survie.

 

 

1 114 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :