Crise gastropolitique. Un repas avec l’Iran annulé

Un banquet en Iran pour les 2500 ans de l'empire perse

Un banquet en Iran pour les 2500 ans de l’empire perse

Talleyrand aurait-il pu rattraper le coup ? Car notre gastronome national qui prétendait faire de la politique à table, aurait eu du mal, cette fois-ci, à convaincre le président iranien Hassan Rohani à se plier aux us et coutumes françaises. La moindre des politesses ? Imagine-t-on un président européen exiger du vin à la table du roi du Maroc ou du pharaon d’Egypte ? Aussi droit dans ses bottes républicaines que Juppé, François Hollande-le-mou a fait le dur devant les exigences d’un repas halal et sans alcool au palais français.

Plus exactement, le président iranien a refusé le repas français pour des questions religieuses. Bah, dira-t-on dans les chaumières, la face du monde  n’en sera pas changée. Côté iranien, on prétend que « comme à l’accoutumée lors de ses visites à l’étranger », l’Iran a demandé un menu halal et sans alcool. Il reste à vérifier que ce fut le cas par le passé. Si oui, pourquoi subitement, la France met en avant, cette fois-ci, ses « traditions républicaines » ?

Devant l’outrage aux « amis » du Golfe persique, l’Elysée a rétropédalé en offrant un petit-déjeuner. Refusé côté iranien qui pense que cette collation du matin avait un côté mesquin. « Trop cheap » dit le message. Les contrats se définiront donc à une banale table de travail autour de laquelle prendront place des patrons français comme celui d’EADS, de PSA, Accor, Total, Orange et Emmanuel Macron.

Du côté de l’Elysée, on rappelle un incident identique en 2009 avec le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki qui avait annulé le déjeuner en dernière minute.

Ainsi, les cultures se figent, les rencontres se raidissent, les symboles font écran au réalisme qui aurait prévalu ici. Espérons que la gastronomie ne serve pas aussi à faire la guerre.

 

1 292 vues

2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Laisser un commentaire

  1. ARARAT

    Ca parait inimaginable que la gastronomie  » serve aussi à faire la guerre ». Et pourtant! Le président iranien, Hassan Rohani, veut ménager les plus réactionnaires de ses partisans avant les élections iraniennes, et tester nos valeurs à géométrie variable. Il est grand temps de se soucier du développement de ce grand pays avec des carnets de commande impressionnants à la clé, un pays où la moitié de la population a moins de 30 ans. Tout cela a été négligé par le PR & surtout par L. Fabius le faucon, si proche des thèses étasuniennes. La realpolitik existe, que les Américains se réservent la part belle des commandes avec les Allemands et que nous aurons les miettes…de croissant. Un négociateur comme le jeunot, banquier, 3° prix de piano du conservatoire d’Amiens me semble le moins préparé pour affronter la finesse redoutable des négociateurs iraniens et leur rouerie. D’autant plus qu’ils maîtrisent souvent notre langue. Combien y aura-t-il de diplômés de l’Inalco en iranien à la table des négociations ou auprès des chefs d’entreprise en visite sur place ?
    On peut boire du vin en Iran, chut, et pas seulement importé de Californie où vit une grande partie de la diaspora iranienne. Les plus vieux ceps de vigne au monde furent probablement plantés en Iran qui régnait alors sur une grande partie du Caucase, vin que célébra, des siècles plus tard, le grand poète persan Omar Khayam. M’étonnerait qu’Hollande connaisse même son nom et sache situer l’Iran sur les jeux géographiques qui font fureur sur le net.
    Avec le Japon dans les pays du Sud pour une ex-ministre verte prétendument géographe (sic), la Réunion dans le Pacifique pour le Premier ministre, ça fait beaucoup, beaucoup d’ignorance du monde. En attendant, brunch, goûter, collation, quelle tristesse..

    Publié le 11 novembre 2015 à 13:09
  2. Alais La Ferté

    La stupidité d’istes gouvernants franchouillards est décidément sans limite :
    En quoi, la demande d’un dîner sans alcool(s) était-elle attentatoire aux valeurs de La France, grande nation d’eaux minérales (thermales* ou non) qu’elle pouvait présenter à profusion aux invités d’Iran tant il existe 1 variété de bonnes sources dans notre pays ?
    *Ce vocable désigne les eaux qu’il est déconseillé de boire en permanence, elles doivent être bues de préférence dans le cadre d’une diète appropriée mais il est vrai que les « minéraliers¤ » entretiennent la confusion au sein de leur clientèle !
    ¤ces « grands » groupes agro-alimentaires qui se partagent la diffusion des eaux embouteillées dans la grande distribution !

    Publié le 12 novembre 2015 à 15:50
%d blogueurs aiment cette page :