« L’île aux fleurs », un film de Jorge Furtado. Une île pour comprendre un système absurde

Une fois n’est pas coutume, Geographica réfléchit aux questions posées par l’insularité avec un petit film brésilien de douze minutes. Une description au scalpel de mécanismes qui ont cours dans l’esprit de beaucoup d’entre nous Personne n’est manipulé dans ce film. Chacun se fait son idée à la fin du film.

Le film est géographique car il montre le circuit d’une tomate depuis une plantation, jusqu’à une déchetterie. On voit la tomate passer par le supermarché, les courses d’une certaine Mme Annette qui permettent de parler du commerce et du capitalisme, rappelant des gags et réponses comme on en fait dans les jeux type Trivial Pursuit. Tout est très naïf, semble inutile. Mais…

Ce film réalisé en 1989 vient au moment où le monde tombe, après l’effondrement de l’URSS, dans le néolibéralisme. Les promesses de Hayek ne sont pas tenues. Piketty le montrera vingt ans plus tard dans son livre sur le capital. Qu’est-ce qui ne va pas dans notre système économique ?

Certains peuvent être choqués par l’humour noir qu’on peut trouver déplacé. Il est là pour montrer que nous acceptons les inégalités. Comme allant de soi. Finalement, comme un paradigme. Là est sans doute le noeud de la question.

1 107 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :