Pollution mondiale : laissez la Chine tranquille

Emissions de CO2 en 2012 : une carte en tromple-l'oeil

Emissions de CO2 en 2012 : une carte en trompe-l’oeil

Sur son blog, Thomas Piketty se livre à une géographie des inégalités mondiales de la pollution par les gaz à effet de serre. Résumée ainsi pour le néophyte : les plus gros pollueurs sont les Chinois. Haro donc sur la Chine !

« Ce faisant, pour Piketty, on oublie plusieurs choses. D’abord, les volumes d’émissions doivent être ramenées à la population de chaque pays : avec près de 1,4 milliards d’habitants, la Chine est près de 3 fois plus peuplée que l’Europe (500 millions), et plus de 4 fois plus peuplée que l’Amérique du Nord (350 millions). Ensuite, les faibles émissions européennes s’expliquent en partie par le fait que nous sous-traitons massivement à l’étranger, notamment en Chine, la production des biens industriels et électroniques polluants que nous aimons consommer. Si l’on prend en compte le contenu en carbone des flux d’importations et d’exportations entre les différentes régions du monde, les émissions européennes augmentent subitement de 40% (et celles d’Amérique du Nord de 13%), alors que les émissions chinoises baissent de 25%. Or il est nettement plus justifié d’examiner la répartition des émissions en fonction du pays de consommation finale (et non de production).

On constate alors que les Chinois émettent actuellement l’équivalent de 6 tonnes de CO2 par an et par habitant (soit environ la moyenne mondiale), contre 13 tonnes pour les Européens, et plus de 22 tonnes pour les Nord-Américains. Autrement dit, le problème n’est pas seulement que nous polluons depuis bien plus longtemps que le reste du monde : le fait est que nous continuons de nous arroger un droit individuel à polluer deux fois plus fort que la moyenne mondiale. » (…)

« Et où se trouvent les 1% les plus gros pollueurs du monde ? D’après nos estimations, 57% d’entre eux habitent en Amérique du Nord, 16% en Europe, et à peine plus de 5% en Chine (moins qu’en Russie et au Moyen-Orient : environ 6% dans les deux cas). Il nous semble que cela peut fournir une clé de répartition assez légitime pour répartir le financement du fonds mondial d’adaptation de 150 milliards de dollars par an. L’Amérique du Nord devrait verser 85 milliards (0,5% de son PIB), et l’Europe 24 milliards (0,2%).  La conclusion déplaira sans doute à Donald Trump, et à d’autres. Libre à eux de reproduire nos calculs et de les améliorer : toutes nos données et programmes informatiques sont disponibles ici. Nous avons passé en revue plusieurs séries d’hypothèses sur la répartition des consommations et des émissions individuelles, sans que cela ne modifie substantiellement nos principaux résultats.

On peut aussi imaginer d’autres clés de répartition, par exemple en faisant reposer les efforts sur les 10% les plus gros émetteurs du monde (700 millions de personnes), qui sont responsables d’environ 45% des émissions totales, soit trois fois plus que les émissions cumulées des 50% du bas. Dans ce cas, le financement reposerait à 40% sur l’Amérique du Nord, 19% pour l’Europe, et 10% pour la Chine.

Ce qui est certain, c’est qu’il est temps de réfléchir à des clés de répartition fondées sur l’idée d’un impôt progressif sur le carbone : on ne peut pas demander les mêmes efforts aux personnes qui émettent 2 tonnes par an et ceux qui en émettent 100. C’est le grand  défaut des taxes proportionnelles sur le carbone habituellement débattues (ainsi que des systèmes de prix du carbone et de marchés des droits à polluer, qui posent par ailleurs d’autres problèmes), si on les applique sans correction et sans compensation. »

_____

Source des cartes : www.planetoscope.com

2 047 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :