MicroCarb, ou comment surveiller le climat

Maintenant qu’un certain nombre de résolutions sont prises pour le climat, comment s’organise la surveillance ? Qui se charge des mesures à transmettre à des organismes internationaux pour faire avancer les dossiers ? Ces outils sont tout aussi fondamentaux que ceux qui ont permis de régler la question du trou d’ozone.

Le Système mondial d’observation du climat compte 50 variables dont 26 sont observables et mesurables depuis l’espace. Pour Yves Le Gall, patron du CNES (1), les gaz à effet de serre vont pouvoir être surveillés. L’Union européenne va lancer en 2019 Merlin (pour Methane Remote Sensing Lidar Mission) pour mesurer le méthane qui a un pouvoir de réchauffement de l’atmosphère 25 fois plus important que le CO2.

Le climat comme objet politique

La surveillance du climat a été possible grâce aux satellites météo, puis aux satellites d’observation des océans, comme la mission Topex-Poseidon de 1992 (Nasa-Cnes, Centre national d’études spatiales) qui avait déjà relevé la montée du niveau des océans. Puis, l’atmosphère a livré les secrets des gaz à effet de serre à 400 particules par million (ppm), soit 70% de plus qu’à la fin du XVIIIe siècle. Aujourd’hui, un nouvel outil est en construction : MicroCarb (1), cube de 60 cm de côté, 200 kilos, arrimé à une plate-forme de la taille d’une machine à laver, économe en énergie (une bonne ampoule de 60 watts) fonçant à 25 000 kilomètres-heure à 600 km d’altitude pour faire le tour de la Terre en 120 minutes et balayant la surface du globe en 15 jours… MicroCarb est conçu au Cnes à Toulouse et devrait être lancé en 2020 depuis Kourou sur une fusée Vega.

Des interactions essentielles

MicroCarb permettra de comprendre comment interagissent sources et puits de carbone, comment la végétation se comporte pendant les sécheresses liées au changement climatique. Et pour les émissions de CO2 ou méthane, comment elles se diffusent (1). Car les gaz se diffusent très vite et il faudra savoir d’où ils viennent. Au moment où s’achève la COP21, on ne connaît pas les émissions par pays, Pékin ayant avoué avoir sous-estimé le volume de gaz à effet de serre qu’émet la Chine.

Ainsi, à défaut d’avoir une COP21 et un accord contraignant, MicroCarb va permettre de faire avancer le débat et de suivre les pays qui font étouffer les autres…

__________

(1) Les Echos, 10 décembre 2015

Pour en savoir plus : https://microcarb.cnes.fr/

1 007 vues

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le vôtre.

Laisser un commentaire

  1. Pour ceux qui s’intéressent à cette question de l’observation climatique spatiale, et veulent en découvrir les principes, je recommande ce très bon cours en ligne (en anglais) :

    https://www.futurelearn.com/courses/climate-from-space

    Il a commencé la semaine dernière, c’est donc maintenant ou jamais. (Prévoir 20 heures en tout sur 5 semaines).
    Bonne découverte.

    Publié le 11 décembre 2015 à 09:28
%d blogueurs aiment cette page :