Versailles, pour le futur

Les ingénieurs devraient écrire plus souvent. L’architecte et urbaniste Alain Cornet-Vernet (1) passé par les Ponts et Harvard, a attendu sa retraite pour écrire sur le futur des villes. Un livre d’ingénieur, très documenté, avec des mesures abondantes sur l’extraordinaire complexité de l’urbanisation en cours dans le monde. Et un rappel sur des villes englouties dans l’histoire comme Ur, Palmyre, Pagan ou Angkor retournées au désert ou à la forêt. Il faut donc prendre très au sérieux la question urbaine. La thèse la plus forte de ce livre détonnant ? Versailles aurait inventé la ville du futur.

Pourtant, en 1751, Diderot et d’Alembert dans l’Encyclopédie définissaient encore la ville comme une « enceinte fermée de murailles », tout comme les Chinois avec leur sinogramme cheng (muraille). Gagner une guerre, c’était conquérir des villes. Des villes convoitées pour leur capacité à civiliser, à fabrique de l’urbanité (politesse, affabilité). Signe de son urbanité, l’association entre la ville et la muraille a explosé à Versailles lorsque Louis XIV « repousse les limites du territoire sacré des villes à celles des frontières du royaume », jusqu’à en copier la forme de la place-forte. Vauban le stratège des places fortes sera chargé de cette tâche.

Versailles vue généraleDu coup, Versailles nouvelle capitale de l’Etat le plus peuplé d’Europe, le troisième du monde après la Chine et l’Inde, va être dessinée à partir du château d’où vient l’ordre du roi en 1773 de démolir le vieux village pour y construire une église, une place d’armes et des écuries. Avec Le Nôtre et Mansart, l’ensemble château-parc-ville est organique, les arbres et la nature entrant dans la ville. « La rue qui ne dépassait pas la dizaine de pas en largeur depuis des millénaires, ose dépasser la centaine de pas ». Débarrassée du coût de construction et d’entretien du mur d’enceinte, la ville se libère de son corset. « Elle peut alors s’étendre et se répandre ».

Cette idée de ville-parc diffuse comme une traînée de poudre à Londres, détruite quelques années auparavant par un incendie, puis plus tard à Saint-Pétersbourg, Washington, Delhi ou Canberra pour les plus célèbres. « Le militaire passe la main au paysagiste » qui savait dessiner à grande échelle des chasses. Les militaires se font tirer l’oreille, mais les glacis des remparts sont vite récupérés comme à Nancy – Stanislas Leczinski y fait construire une superbe place – et durant la période Haussmann à Paris – où les dessins portent l’idée d’une pacification de la ville. Du reste, les forêts royales étaient déjà tramées sur le modèle romain et italien de l’alignement. Pour la première fois, l’art et la chasse unifient les paysages de la ville et de la campagne.

L’agroforesterie, l’élevage à la ferme de Gally pour l’engraissement du bétail, les potagers de Le Nôtre et l’étonnante maîtrise de l’hydraulique donnent un schéma global inspirant la ville moderne. Sans « la gestion des forêts pour l’énergie, des champs pour la nourriture, des sources et de l’hydraulique pour l’eau, la folie de Versailles n’aurait pas engendré l’une des villes de France les plus connues au monde ». Avec la technopole de Saclay au sud-est, elle offre une manière de laboratoire du XXIe siècle.

Rungis, une aberration

En citant l’introduction du  cours de sociologie urbaine à Harvard dans les années 1960 (« De quoi meut un rat enfermé dans un sac de blé ? – Empoisonné par ses excréments ! »), Alain Cornet-Vernet s’inquiète de l’extrême fragilité de nos villes qui devraient passer, selon lui, des crash-tests. Avec les salades d’Almeria, les tomates d’Agadir, les haricots verts du Kenya, Rungis est un non-sens quand on sait qu’au XIXe siècle, Paris intra muros était autosuffisant en fruits et légumes produits par onze rotations annuelles. Elle peut le redevenir avec 50 000 emplois agricoles de haute technologie en économie circulaire permacole. Si la forêt est en ville dans la smart city imaginée par Vincent Callebaut (2), c’est parce que ce nouvel âge de l’humanité, l’anthropocène, doit rompre avec la mise à feu des énergies fossiles liées à la machine à vapeur. Suivons ce qui se passe à Detroit qui a perdu le tiers de sa population depuis 1950, a libéré 12 000 ha de friches destinées à devenir des fermes urbaines.

(la suite ici)

  • Alain Cornet-Vernet, Le futur de la ville. Réflexions et prospective, Presses des Ponts, 2016
  • Vincent Callebaut, Paris 2050. Les cités fertiles face aux enjeux du XXIe siècle, Michel Lafon, 2015.
872 vues

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le vôtre.

Laisser un commentaire

  1. Pierre TRINCOT

    Voici l’approximation principale que je relève :
    De quel Paris intramuros parlez-vous au 19è ? Entre celui de la création des omnibus (1828) et celui de l’établissement des trams mécaniques, c tout 1 monde qui les sépare !
    Ce qui m’amène à vous rappeler que la ville contemporaine n’a rien de civilisé sans 1 réseau de transport urbain { : ferré en surface} car aussi bel(le) que soit Versailles, à l’époque de sa fondation comme à celle de son monumental musée-attraction, la fête cache de grandes misères …
    Quant à la pacification de la période Haussmann à Paris, est-ce un sens involontaire de l’humour puisque la Commune découle directement de cette ségrégation sociale dont on en voit avec le mur de Berlin du vote parisien la descendance induite ?
    Ce qui a tué Les Halles fut l’abandon en place de sa généralisation à l’ensemble de l’ Île de FRANCE, de l’Arpajonnais, ce petit train maraîcher qui livrait en direct le marché !
    Et si Détroit perdit sa population, cela découle en majeure partie du démantèlement des réseaux ferroviaires & tramviaires qui même imparfaits, la bien mettaient en valeur .
    Car en effet, ce qui nuit aux agglomérations c’est d’être livrées au transport automobile {bicyclette incluse} et la bagnole électrique, autonome ou non, n’y changera rien …

    Publié le 11 juillet 2016 à 01:45
%d blogueurs aiment cette page :