Les arrêts-maladie, c’est grave docteur

Les arrêts-maladie mis en carte ! Il fallait avoir envie de chercher des noises aux Alsaciens et Champardennois champions français d’un « sport » légèrement stigmatisé par l’objet même de la carte. Nous voilà bien malins de savoir que la part des salariés ayant pris un arrêt maladie oscille entre 13% dans les Hautes-Alpes et 29% dans le Nord-Est de la France !

Même si l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes) avertit que « l’intensité des contrôles » a varié au point d’être responsable d’un tiers des disparités géographiques, on publie la carte ! Un autre argument sur l’accès aux soins facilité par un nombre de médecins plus élevé dans le Nord ne tient pas lorsqu’on sait que la densité des médecins (par habitant) est plus forte dans le Sud. Passons. Quoi d’autre, docteur ? Les salariés du Nord seraient mieux couverts par un régime spécial avec meilleures indemnités et sans délai de carence, ils auraient fait moins d’études, pratiqueraient des métiers plus pénibles, ce qui expliquerait le bon score de la région parisienne comptant une majorité de gens dans les services. Encore heureux que la carte ne publie pas la longueur des arrêts qui verrait le Midi provençal et la Bretagne remporter la palme..

La bonne question à poser serait plutôt : et si cette carte était stupide ?  Données bâclées à l’intérêt douteux, arguments suspects avancés au conditionnel… Une bonne chose : elle a été publiée en plein mois d’août lorsque la France est en vacance.

G. F.

716 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :