De quels lieux rêve Houellebecq ?

Grotte Choranche, Ardèche

Grotte Choranche, Ardèche

Michel Houellebecq n’est pas notre obsession. Mais ses succès éditoriaux (on aime ou pas, là n’est pas la question) exposent son personnage. Et d’un auteur secret, discret, on passe progressivement à un auteur présent, omniprésent, comme l’étaient à leur époque un Victor Hugo, un Mauriac, un Michel Tournier.

Sur le site de MH, on glane des infos autobiographiques autorisées, contrairement à celles qu’Ariane Chemin a traitées dans son enquête récente. Entre autres, un texte intitulé « Rêve de Michel Houellebecq ». On y découvre qu’il y a des lieux où il se sent bien.

« Dans mon rêve de vie éternelle il ne se passe pas grand chose. Peut être que je vis dans une grotte. Oui, j’aime les grottes, il fait sombre et frais et je me sens en sécurité à l’intérieur. Souvent je me demande s’il y a eu de réels progrès depuis la vie dans les grottes. Lorsque je suis assis là, écoutant calmement le bruit de la mer, entouré de créatures amicales, je pense à ce que je voudrais enlever dans ce monde : les puces, les oiseaux de proie, l’argent et le travail. »(1)

Grotte Saint-Marcel (Ardèche)

Grotte Saint-Marcel (Ardèche)

Un beau sujet de géographie. Les grottes sont bien connues grâce à Christophe Gauchon qui en a étudié l’imaginaire.

Il reste un travail à faire sur la matrice qu’elles constituent dans la culture ancienne (habitats préhistoriques et probablement lieux de culte, ermitages chrétiens, habitats troglodytes, sanctuaires, antres géologiques destinés aux touristes, etc.). Après tout, Richard Millet (L’opprobre, 2008) rappelait qu’en France « les écrivains ne se lisent pas, ne s’aiment pas les uns les autres, sont assez semblables à des chauves-souris pendues au plafond d’une grotte et que viendrait terrifier la lampe d’un enfant ».

______________

(1) Traduction française par Michel Meyer de la traduction anglaise par Roel de Bie d’un entretien de Michel Houellebecq avec le journaliste allemand Wolfgang Farkas publié le 2 novembre 2000 dans l’hebdomadaire Die Zeit et faisant partie d’une série intitulée « Ich habe einen Traum » (J’ai un
rêve)

Photo en haut de l’article : Grotte de Chombrives

 

916 vues

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le vôtre.

Laisser un commentaire

  1. Pierre Chabat

    « Gé-obsédé de poésie ! »
    Sans qu’elle se porte effectivement sur le personnage, l’obsession que vous réfutez à son encontre, semble cependant portée sur une idée, qui transpire au travers de vos différentes approches dénonciatrices, et qui est celle du refuge, de la tanière, du nid protecteur, du gite, du Blog hermétique, de l’approche rassurante qui tranche avec l’immensité turbulente des espaces à, côtoyer. Au même titre que la peur n’exclue pas le danger, l’hibernation tranquille de l’Ours dans sa grotte, aussi féerique soit-elle, ne l’empêche pas d’avoir extrêmement faim au réveil et de manifester brutalement son instinct prédateur. Cette dualité géographique étant une constante semble-t-il universelle, est effectivement de nature à susciter l’obsession, celle de vouloir atténuer les différences, de diminuer l’écart entre le plein et le délié, d’assouplir la pente et de faciliter le parcours. Et tous ceux ou toutes celles qui sont réellement confrontés à ce malaise savent bien trouver l’antidote en pénétrant dans l’univers réparateur des grands écrivains. Approcher l’harmonie, c’est déjà la détruire, même en prenant garde à ne pas piétiner le champignon ou la fourmi vagabonde en parcourant la forêt délicieusement éclairée, à moins d’effectuer ce petit voyage dans un autre monde, celui de l’imaginaire.

    Publié le 11 septembre 2015 à 09:43
%d blogueurs aiment cette page :