Zero Dark Thirty, Kathryn Bigelow

Il y a une mode, inutile, insupportable, stupide, malhonnête, consistant à assommer le spectateur innocent, dès la première image, à l’aide de la grosse massue « faits réels ». C’est ce qu’ont longtemps fait de mauvais téléfilms de deuxième partie de soirée, c’est ce que font un nombre croissant de films s’autorisant ainsi à ne pas avoir d’avis et à laisser le spectateur s’en forger un, ce qu’une coupure de presse fait pourtant au moins aussi bien qu’un long-métrage deux heures. Les Cahiers du cinéma (n°684) ont trouvé à ce phénomène un joli nom : le syndrome Natasha Kampusch. Cette fois, c’est Kathryn Bigelow, réalisatrice en 2009 de l’excitant Démineurs, qui se livre au petit jeu du je-ne-suis-pas-là-pour-juger-moi-je-fais-juste-du-cinéma-pas-de-la-politique, avec Zero Dark Thirty.Le scénario, qui relate la traque de Ben Laden par la CIA et plus particulièrement par une espionne implacable et inoxydable – campée par Jessica Chastain toujours aussi belle et de plus en plus convaincante –, se cache donc derrière l’argument de la véracité, du factuel. Il montre patte blanche à l’aide d’un panneau : « ce qui suit est basé sur des témoignages de première main », revendiquant ainsi une objectivité qu’on sait pourtant tout à fait illusoire : des faits, certes, mais jamais tous les faits, jamais depuis tous les points de vue, et comment pourrait-il en être autrement ?

La première scène du film est emblématique du grand écart entre le talent de réalisatrice de Bigelow et son refus de penser le problème au-delà des faits-rien-que-les-faits. D’un côté, il y a la belle idée de ne pas utiliser les images cent fois ressassées du 11 septembre 2001 mais (la suite de cet article de Manouk Borzakian, géocinéphile, sur son blog  ici)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.