L’Union soviétique vit encore à Clermont-Ferrand

Source : "La Montagne"

Source : « La Montagne »

Dans la bonne cité socialiste de Clermont-Ferrand, il persiste une énigme toponymique. Un boulevard Saint-Germain ? Une avenue des Gobelins ? Une de ces dizaines rues d’Alsace-Lorraine que la nation écrivit pour dire aux Alsaciens-Lorrains qu’on se battrait à la vie à la mort pour récupérer leur territoire ? Non plus. Devant la gare, à Clermont donc,  une avenue… de l’Union soviétique qui compte 79 adresses. Depuis la dissolution de l’empire en 1991, impossible de débaptiser l’endroit !

« C’est un hommage pour remercier les libérateurs » plaide la Mairie qui avait gravé aussi dans le marbre du plan après guerre une avenue des États-Unis. On apprend dans La Montagne, gazette locale du 27 septembre, que la Mairie est sollicitée chaque année  pour nommer une rue : un jour, en hommage aux Arméniens morts pendant le génocide de 1915, un autre jour à un ancien combattant… Mais le Conseil municipal a fixé la règle d’attendre la création d’une voie pour apposer un nouveau toponyme.

Ainsi, près du cinéma, la nouvelle rue prend le nom de Méliès ; en hommage au rugby, Clermont s’est offert une allée du Bouclier de Brennus. A quand une « rue Valéry-Giscard-d’Estaing », grand Auvergnat nécessiteux qui vient de vendre les meubles de son château de Chanonat aux enchères ? Allons-nous laisser à Abidjan le privilège avec trois autres villes françaises, Verdun-sur-le Doubs (71), Villers-Bretonneux (80) et Ringeldorf (67) de garder le souvenir de ce brillant président ?

Suggestion au maire de Saint-Dié-des-Vosges, « capitale mondiale de la géographie » où fut baptisée l’Amérique en 1507 que la géographie ait son nom de rue. Aucune ville dans le monde francophone n’a encore donné son nom à notre vieille géo qui est pourtant la boussole de tous les humains sur la Terre. Et à Clermont, la géographie vaudrait bien l’Union soviétique.

G.F.

1 105 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :