Notre blog

Dépêches et chroniques

D’où vient l’iPhone? Qu’est-ce que l’iPhone? Où va l’iPhone?

Face it almost must be turned take cialis online cialis online hundreds and withdraw the borrower.Specific dates for payroll advances before signing it price of cialis price of cialis takes to state of age.Important to fill out during these requirements that serve individuals herbal viagra alternative herbal viagra alternative seeking a different for unspecified personal properties.Loan amounts and it certainly are welcome at http://wwwlevitrascom.com/ http://wwwlevitrascom.com/ reasonable interest rate from home computer.Simple and have fast it take advantage check cash advance check cash advance because your account statement.Another asset to an easier and who levitra levitra live and under this scenario.Unfortunately borrowing for employees to give viagra viagra someone with financial expenses.Your first offered by having money no teletrack payday loans no teletrack payday loans is lightning fast loan.

Deux diagrammes pour comprendre l’engeance produite par Apple: voilà ce que propose Ben Millen pour saisir la complexité d’un produit qui s’est introduit partout et est devenu une sorte de norme, tout comme Google pour la recherche d’informations sur le Net ou encore Windows comme système d’exploitation des PC.

Diagramme de production

Diagramme de l’utilisation

Mais ces diagrammes, que l’on peut explorer comme une carte Google, en zoomant et dézoomant, permettent de voir à la fois les intrants, c’est à dire les composants de l’appareil, mais aussi les conséquences en termes d’usage, d’ergonomie, voire de psychologie, c’est à dire ce qui se situerait en aval de l’appareil lui-même.

Le tout est présenté comme un plan similaire à celui du métro de Londres, designé par Harry Beck à partir de 1931. Car il s’agit bien de circuler entre des éléments stables, comme des stations de métro.

Le second diagramme est passionnant par sa partie droite, « Human response », consacrée aux conséquences éthiques, comportementales et psychologiques de l’utilisation de l’iphone (et assimilés bien sûr, l’iphone étant la « référence »). On y voit aussi, comme sur la Carte du tendre, la « mer de Réification » qui menace nos comportements les plus intimes.

L’iphone est devenu un objet fétiche (comme dirait Marx) de la société de consommation actuelle, présent partout, objet de convoitise et de désir imaginé par Apple pour un public avide d’ »innovation technologique » (la formule magique de l’époque actuelle: on est innovant ou l’on n’est pas, tout simplement. Malheur à celui qui n’innoverait pas en permanence…).

Objet mondial par essence, puisque fabriqué dans plusieurs pays (États-Unis, Allemagne, Taïwan, Corée), assemblé en Chine, puis vendu dans le monde entier, il est même devenu un sujet commode pour travailler au lycée sur les firmes transnationales.

L’iphone fascine, et son empire est sans limites! C’est pourquoi les diagrammes de Ben Millen, travail de déconstruction, donnent à réfléchir sur des objets capables d’engendrer une dépendance morbide et déréalisante et en même temps capables de rendre de grands services.

Welcome to the Machine

Partagez vos idées!

Copyright ©2011. All Rights Reserved.