Pourquoi les Italien(ne)s aiment le rouge au Nouvel An

2015 : les compteurs reviennent à zéro. Mircea Eliade aimait à dire qu’à la Saint-Sylvestre « le temps reprend à son commencement ». Car le 1er Janvier est un rite de passage et, donc, d’optimisme, qu’on fête selon l’anthropologue Nadine Cretin, avec des amis, de la musique, des concerts de klaxon, des pétards. Une tradition ancienne restée, mais avec un nouveau sens qui n’est plus de chasser les démons et les mauvais esprits avec le bruit, mais de marquer le temps de l’horloge. Aujourd’hui, les jeunes crient dans les rues et le métro, on chante à tue-tête, on met les feux d’artifice.

L’Eglise catholique a donné le nom d’un pape du IVe siècle à cette fête de fin d’année. Probablement par allusion à la forêt, ce que veut dire « Sylvestre », qui est le lieu du combat entre l’homme civilisé et le sauvage. Nadine Cretin relève que la Saint-Sylvestre est fêtée partout alors que Noël, fête chrétienne, intime et familiale, ne l’est pas en pays musulman et dans de nombreux pays asiatiques, ainsi que le souhaitent les dirigeants chinois… Mais en Asie, ce jour-là qui n’est pas le Nouvel An dominé par la cosmogonie chinoise, on règle tout de même ses dettes !

En Espagne, aux douze coups de minuit, on mange douze grains de raisin. En Italie, les lentilles cuisinées représentent des pièces de monnaie synonymes d’abondance et d’argent et on s’en gave en espérant être riche. La coutume veut que les Italien(ne)s portent un sous-vêtement rouge pour gagner la chance et l’amour l’année suivante. Au Japon, le Nouvel An du 1er janvier est une fête familiale. Les familles (et les jeunes femmes en kimono après avoir jeté touts leurs anciens sous-vêtements) se rendent dans les temples bouddhistes où 108 coups de cloche éloigneront les 108 mauvais esprits. A Berlin, sur les deux kilomètres menant à la porte de Brandebourg, un million de fêtards se rassemblent pour des concerts, notamment pour entendre « Looking for freedom » par son auteur, David Hasselhoff qui était venu il y a vingt ans lorsque le mur était tombé au même endroit.

New York qui aime les boules de cristal s’amuse depuis 1907 à Times Square à jouer avec le symbole de cette énergie bouillonnante, avant le compte à rebours de minuit, les cris de la foule. Et le concert et ses quarante « stars » – comme ils disent là-bas, puisqu’on entendra Lady Gaga et Pharrel Williams.

Sur ce, partons pour les Champs Elysées et bonne année 2015 !

En une: Le rouge des sous-vêtements pour une bonne année en Italie (source Meltyfashion)

1 215 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :