Les frontières, c’est du business !

Très impliquée dans le Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI), la juriste Claire Rodier lève le voile sur un aspect peu traité par les géographes : le business de l’immigration illégale. Certains États ne veulent pas faire le sale boulot de gestion des flux migratoires. Même l’Union européenne délègue à Frontex (photo), une entreprise créée en 2005 sa politique de lutte contre les migrants clandestins. Une entreprise dont le budget, voté par le Parlement européen, a été multiplié par 15 en cinq ans…

Pire, les industriels qui équipent les frontières de systèmes techniques passent par Frontex. Prenez les drones : ce matériel est fabriqué par les industries d’armement recyclant du matériel de guerre… Claire Rodier doute que le flux toujours important de migrants justifie l’usage d’un tel matériel militaire. Aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie, des sociétés privées s’occupent de la rétention non judiciaire, de l’expulsion. Exemple : la firme multinationale G4S, mise en cause dans le décès de l’Angolais Jimmy Mubenga fait savoir à ses investisseurs en Bourse qu’elle « préserve une capacité à générer de la croissance et à créer des emplois« .

Voilà pourquoi Claire Rodier écrit Xénophobie business. A quoi servent les contrôles migratoires ?  (La Découverte). Le marché du migrant au mépris des droits humains.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :