Détruisons ! Protégeons !

Sacrés Américains ! Ils ont inventé les « parcs » à Yellowstone dans les années 1870 et le premier parc international pour la paix (PIP) en 1932, pour favoriser la bonne entente entre eux et les Canadiens. Où ? Entre l’Alberta (canadien) et le Montana (étatsunien). Mais les mots ne sont pas les faits : aujourd’hui, ce joli parc Waterton-Glacier est…. coupé par une frontière !

Vous voulez en savoir plus ? Lisez donc l’Atlas mondial des espaces protégés qu’a écrit une équipe jeune et brillante (Lionel Laslaz, le pilote, S. Depraz, S. Guyot et S. Héritier sans oublier le cartographe A. Nicolas pour ces 90 cartes et infographies). Elle explique le caractère politique de la protection à une échelle souvent internationale.

La « géodiversité » est déclinée dans toutes les régions tropicales et tempérées avec des objets construits par les sociétés comme la forêt, la faune, les paysages. Les conflits et les rapports de force sont pointés dans quelques lieux symboliques, auprès des communautés autochtones, en mer et dans certaines régions comme l’Atlas marocain et le Parana argentin. Plus surprenants sont les systèmes de protection transfrontaliers sur de nombreux sites comme les corridors écologiques centraméricains ou le système de protection particulier de l’Himalaya . En équilibre avec l’aménagement, la protection reste malgré tout une opération fragile en ville (Mumbai, Rio), en zones touristiques, les régions de faibles densités en Europe ou, plus difficile encore, dans le bassin congolais convoité par les compagnies minières.

Un travail très soigné qui inscrit cet atlas dans le long terme. Bravo les artistes ! G. F.

Lionel Laslaz (dir.), Atlas mondial des espaces protégés, Autrement, 96 p., 19 €

 

1 641 vues

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :