Le Canal de Panama bientôt inutile ?

La route maritime du Nord-Ouest (canadien) ouverte grâce au réchauffement climatique va remettre en question sérieusement la géographie des transports entre les pays atlantiques et l’Asie de l’Est. Si les climatologues anticipant un océan Arctique libre de glace en 2050 ont raison, alors les distances vont être bouleversées ! Rotterdam n’est plus qu’à 14 000 km de Tokyo, ce qui fait économiser 9000 km sur le trajet de Panama et 7200 km sur celui de Suez. Et avec la Corée, la distance est réduite d’un tiers, soit 10 jours de navigation à l’horizon 2030.

Un cargo dans le passage du Nord-Ouest

Un cargo dans le passage du Nord-Ouest

Les Russes se frottent les mains. Pourquoi ne prélèveraient-ils pas des droits de passage sur leurs eaux territoriales ? La Corée et l’Islande font aussi leurs comptes. Les armateurs qui n’aiment pas devoir attendre leur tour à Panama (11 000 cargos par an) et à Suez (18 000) se renseignent déjà pour la route du Nord-Ouest et la Sibérie. Le géographe Frédéric Lasserre (université Laval, Québec) interrogé par Juliette Garnier (1) a déjà compté une cinquantaine de navires qui ont évité les grands canaux pour l’année 2014.

Si le réchauffement s’accélère, les conditions de transport s’amélioreront d’autant, leur permettant d’éviter les glaces dérivantes. Et il n’est pas rentable de renforcer les navires à coque aujourd’hui. Mais le géographe québécois met en garde les statisticiens car entre la Chine et l’Europe par le Grand Nord ou la Sibérie, c’est le désert total. Adieu les escales rentables comme Algésiras, Bombay ou Singapour…

A moins que les technologies permettent de transformer l’Arctique en eldorado pétrolier… C’est peu sûr si la COP 21 engage les Etats à décarboner leurs économies. Panama et Suez ont encore quelques bonnes années devant eux.

_________________

(1) « Le fantasme de la route maritime du Nord », Le Monde, 01/12/2015

1 665 vues

2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Laisser un commentaire

  1. Stéphane

    Dans l’article de Juliette Garnier cité en source, Frédéric Lasserre pointe en effet toutes les difficultés qui limitent pour l’instant les potentialités de cette route Nord-Est : les conditions de navigation risquent de rester risquées, il y a des risques de retard (avec les pénalités qui vont avec) que ne peuvent prendre les armateurs, il faut ajouter à cela les coûts de constructions des navires à coque renforcées, les taxes, les surcoûts d’assurance et, en effet, l’absence d’escale intéressante. Il semble que le gain de temps et l’économie de carburant ne soient pas pour l’instant suffisants pour rendre ces voies maritimes rentables. Suez et panama ont encore de beaux jours devant eux.

    Publié le 2 décembre 2015 à 20:31
  2. LE GAL Philippe

    « Le fantasme de la route maritime du Nord », article publié le 01/12/2015 dans Le Monde (supplément Éco & Entreprises) qui cite abondamment F. Lasserre : ainsi, un seul cargo a emprunté le passage du Nord-Ouest en 2014 !

    Publié le 3 décembre 2015 à 01:18
%d blogueurs aiment cette page :