Les Panama papers, une géographie en trompe l’œil

Voilà un nouveau « scandale » qui fait pousser des cris d’orfraie: l’exploitation des données d’une firme panaméenne par un consortium international de journalistes a permis de découvrir certains des bénéficiaires de comptes « offshore », c’est-à-dire littéralement « hors des rivages » des États qui pourraient taxer ces fonds.

Mossack Fonseca

Source: Le Monde

Et sans surprise on retrouve beaucoup de personnalités publiques et d’hommes politiques, dont le premier ministre islandais, Sigmundur David Gunnlaugsson, qui se retrouve sur la sellette. Depuis que les révélations ont commencé à être rendues publiques, des manifestations ont déjà eu lieu en différents endroits pour protester contre les pratiques délétères de ces hommes politiques. Le monde s’est même amusé à calculer ce que la même proportion de Français  manifestants représenterait: entre 1,6 et 4,3 millions d’individus… ce qui n’est pas négligeable.

Le journal le Soir en Belgique a quant à lui publié une carte qui localise les Belges coupables d’avoir eu recours à ce système de dissimulation. Carte interactive s’il vous plaît:

Carte de localisation des comptes en Belgique. Source: le Soir

Carte de localisation des comptes en Belgique. Source: le Soir

Geographica a déjà publié à plusieurs reprises sur les paradis fiscaux, et pour cause: ces derniers risquent de rester encore longtemps une réalité de la phynance, pardon! de la finance mondiale. C’est trop pratique et trop de dirigeants en ont besoin. Nous avions évoqué la prévarication des élites à propos des salaires des dirigeants mondiaux, et aussi, en contraste, le comportement « aberrant » d’un José Mujica qui refusait sans ostentation les fastes et les pompes du pouvoir.

Une fois de plus, c’est l’avidité qui l’emporte, contre l’intérêt commun.

Le plus fascinant dans cette affaire, est l’aspect tentaculaire et mondial du système: comme si les contraintes nationales pouvaient être facilement contournées. Le mot offshore est en lui-même intéressant car il met en avant un principe de déterritorialisation. Hors sol, hors rivages, hors système vers un autre système, bâti à votre avantage exclusif. Avec souvent la complicité active des banques!

Paradis fiscaux 2Les données n’ont pas encore pu être intégralement traitées car elles demandent beaucoup de temps et de travail, mais on peut dores et déjà tirer quelques leçons de cet épisode. Tout d’abord, la protection de données sensibles est assez chimérique à partir du moment où quelqu’un décide de divulguer des informations disponibles sous format électronique, d’autant plus que ces données sont très abondantes. Ensuite, une collaboration journalistique mondiale (plus de 100 média participent à cette opération) permet d’obtenir des résultats spectaculaires. Enfin, cela démontre qu’en matière financière, mais nous le savions déjà, les capitaux circulent bien mieux et bien plus vite que les personnes. Pas besoin donc de rédiger des Droits universels des capitaux. Les financiers internationaux le font très bien à leur niveau.

La géographie des paradis fiscaux n’évolue donc pas spécialement, ou plutôt elle s’adapte en permanence. C’est une géographie en trompe l’œil car exactement comme les pavillons de complaisance, on fait croire que l’on est quelque part alors que c’est ailleurs que se déroule l’action. Et au fait, les pays bénéficiaires proposent-ils des conditions de vie meilleures à leurs populations? Pas forcément. La Suisse et le Luxembourg ne s’en sortent pas mal, mais ce n’est pas systématique. On peut gager que dans bien des cas, les fonds drainés dans ces paradis ne profitent, c’est cohérent, qu’à une petite clique bien au fait des manœuvres nécessaires pour conserver une situation dominante. Aliénation, quand tu nous tiens…

Geographica a publié sur les paradis fiscaux

Le plan du gouvernement Valls: et les paradis fiscaux?

Labuan, un paradis fiscal en train de naître

Sacré coup de canif dans la mondialisation

Petite géopolitique de l’affaire Depardieu : les nantis dehors, les exclus dedans

2 000 vues

2 commentaires ont été rédigés, ajoutez le vôtre.

Laisser un commentaire

  1. Pierre Chabat

    Bonjour Monsieur Brice Gruet,
    Géographique offshore de l’amas du Panama.
    Evidemment, on peut toujours s’offusquer de ces pratiques soulevant l’indignation de l’opinion publique. Mais en fait de quelle indignation s’agit-il ? Celle d’échapper au fisc, ou bien la découverte de trésor de vrais pirates.
    Effectivement, si l’on propose à tout un chacun une méthode, un moyen, d’échapper impunément à la fiscalité, je doute fort qu’un individu normalement constitué et de bonne foi, hésite longtemps à s’en détourner. On ne peut donc pas dire que cet acte, certes incivil, soit intrinsèquement aussi scandaleux que cela, et l’on voit bien qu’il s’agit simplement d’un procédé de sauvegarde de son argent, somme toute assez compréhensible.
    Par contre la question qui suscite d’avantage d’émotion, pour de pas dire d’indignation, c’est plutôt de connaître l’origine des sommes ainsi protégées et des volumes concernés. En découvrant ce trésor de guerre, argent volé, détournement de finances publiques, rémunération outrancières, blanchiment de recettes mafieuses, …, une odeur de pourriture nous parcoure les narines, et un réflexe sanitaire nous pousse à désirer connaître les noms de ces « Chefs » d’état corrompus, « Vedettes » du showbiz ou du sport, « Grands dirigeants » de « nobles » entreprises, et de les voir pendus haut et court, appliquant ainsi à un comportement moyenâgeux une recette moyenâgeuse , mais en tout cas ce qui pourrait être très soulageant.
    Nourrir nos média à grand renfort quotidien de fait divers en chats écrasés ou d’accidents de la route,…, tend trop souvent à prouver leur inutilité civile. Dans ce cas de figure, l’aspect « verminicide » du débat parait plutôt bénéfique à l’esprit et pour une foi, focaliser et justifier pleinement la haine judicieusement ciblée de son prochain.
    J’espère surtout, s’agissant d’affaires très financières, qu’enfin à cette occasion nous verrons se « régler » leur compte à tous ces mécréants de la civilisation.
    Bien cordialement
    Pierre Chabat

    • Disons que l’argent qui manque au fisc est demandé aux classes moyennes. Cela fragilise l’économie générale et lesdites classes moyennes. Quant à l’origine de l’argent, on peut se poser des questions. Mais pas d’appel au lynchage s’il vous plaît. en revanche, que les banques impliquées rendent des comptes (c’est le cas de le dire) c’est légitime. La moralité en matière d’argent est très relative.

%d blogueurs aiment cette page :